Passer au contenu
Canadian Paediatric Society

Document de principes

Le cannabis et les enfants et adolescents canadiens

Affichage : le 3 mai 2017


The Canadian Paediatric Society gives permission to print single copies of this document from our website. For permission to reprint or reproduce multiple copies, please see our copyright policy.

Auteur(s) principal(aux)

Christina N Grant, Richard E Bélanger; Société canadienne de pédiatrie, Comité de la santé de l’adolescent

Paediatr Child Health 2017;22(2):103-108

Résumé

L’usage du cannabis, la drogue illicite la plus consommée dans le monde, est fréquent chez les adolescents canadiens. La consommation de cannabis à l’adolescence peut provoquer des modifications fonctionnelles et structurelles du cerveau en développement et induire une atteinte cérébrale. Dans ce groupe d’âge, la consommation de marijuana s’associe fortement à la dépendance au cannabis et à d’autres troubles de l’usage d’une substance, à l’adoption et au maintien du tabagisme, à l’augmentation des troubles de santé mentale, y compris la dépression, l’anxiété et la psychose, à une perturbation du développement neurologique et à un déclin cognitif ainsi qu’à une diminution de la performance scolaire et des réalisations au cours de la vie. Le taux de soins médicaux aigus et d’hospitalisations chez les jeunes enfants qui ont consommé involontairement du cannabis est en hausse. Compte tenu du débat en cours sur la réglementation du cannabis au Canada, l’examen attentif des preuves de ses effets sur la santé et la mise en place de mécanismes de protection deviennent des priorités absolues en santé publique.

Mots-clés : Adolescents, CUD, CWS, Neurodevelopment, THC, Youth

Le cannabis désigne diverses préparations psychoactives de la plante Cannabis sativa, y compris la marijuana (les feuilles et les boutons de fleurs, séchés et écrasés), le haschisch (la résine des boutons de fleurs) et les extraits de cannabis (les huiles et la cire). Les termes pot, herbe, mari et weed sont couramment utilisés pour nommer la marijuana. Selon sa présentation, le cannabis peut être inhalé (sous forme de fumée ou de vapeur) ou ingéré. Lorsque le cannabis est fumé, les joints (cigarettes de cannabis), les blunts (cigares de cannabis) et les pipes (des petits dispositifs personnels aux gros bongs partagés) sont très courants. L’intérêt croissant pour la cigarette électronique chez les jeunes a favorisé la pratique plus récente du « vapotage » de cannabis [1]. Les diverses formes d’aliments contenant de la marijuana, y compris les biscuits et les bonbons, peuvent également attirer les ado lescents qui ne veulent pas fumer [2].

Même si, dans un contexte de recherche, certains participants prétendent que la consommation de cannabis à des fins récréatives a des effets positifs [3], la plupart des publications scientifiques portent sur ses effets délétères. À; la lumière du débat public actuel sur la décriminalisation et la légalisation du cannabis au Canada, les pédiatres et les autres professionnels de la santé doivent connaître les effets de la consommation de cannabis sur la santé physique et mentale des adolescents ainsi que les risques pour les enfants plus jeunes qui y sont exposés involontairement. La Société canadienne de pédiatrie a traité du cannabis à des fins médicales dans un récent document de principes [4].

L’INCIDENCE ET LA PRÉVALENCE

Le cannabis est la drogue illicite la plus consommée dans le monde. En 2010, les jeunes Canadiens arrivaient au premier rang de la consommation de cannabis dans 43 pays et régions d’Europe et d’Amérique du Nord, le tiers d’entre eux (des deux sexes) ayant essayé le cannabis au moins une fois avant l’âge de 15 ans [5]. Il y a des variations régionales quant à la fréquence de consommation de cannabis au Canada. Celle-ci est plus élevée dans les pro vinces de l’Atlantique et de l’Ouest que dans les autres régions [6]. Les adolescents autochtones sont particulièrement à risque. En effet, près des deux tiers des jeunes Inuits de 15 à 19 ans ayant participé à une étude antérieure réalisée au Nunavik, au Québec, ont déclaré avoir consommé du cannabis au cours de l’année précédente [7]. En 2015, 13,8 % des élèves de la 7e à la 12e année de l’Ontario ont affirmé avoir consommé du cannabis au cours du mois précédent, tandis que les élèves de 12e année ont signalé la consommation quotidienne la plus élevée, à 5,6 % [8]. La fréquence de consommation augmente à mesure que les élèves progressent dans leur parcours au secondaire, mais la consommation globale a diminué chez les jeunes Canadiens depuis le tournant du siècle.

On constate une relation inverse préoccupante : à mesure que la perception de danger liée au cannabis diminue, la fréquence de consommation de cannabis augmente [8]. Une étude préliminaire est en cours au sujet de l’effet de la légalisation du cannabis sur le taux de consommation chez les ado lescents de certaines régions des États-Unis. Même si les premiers rapports du Colorado et de l’État du Washington ne semblent pas indiquer d’augmentation significative de la prévalence chez les adolescents [9][10], le Colorado a récemment signalé l’une des prévalences les plus élevées de consommation de cannabis chez les adolescents aux États-Unis, tandis que les autres États ont constaté une diminution de la consommation au cours de la même période. Le Colorado a également signalé une augmentation du taux de consommation à mesure que les élèves progressent dans leurs études au secondaire [10], tandis que les perceptions de risque ont diminué chez les jeunes des deux États [9][10].

LES EFFETS DES CANNABINOÏDES SUR LE CERVEAU DES ADOLESCENTS

Depuis 15 ans, la recherche scientifique a établi que le cerveau humain continue de se développer jusqu’au début de la vingtaine. On craint de plus en plus que, pendant cette période de développement importante, l’exposition au cannabis cause des effets indésirables plus graves chez les adolescents que chez les adultes plus âgés, dont le cerveau est complètement développé [11][12]. Le delta-9- tétrahydrocannabinol (THC), qui stimule les récepteurs cannabinoïdes, est l’un des principaux produits responsables des changements perceptuels et émotionnels associés au cannabis. Ces récepteurs modu lent la sécrétion d'acide gamma-aminobutyrique et de glutamate dans le système nerveux central, deux neurotransmetteurs qui ont des effets importants sur le développement neurologique du cerveau [13]. Le cortex frontal, responsable des processus cognitifs de haut niveau, tels que le jugement et la prise de décision, subit des changements rapides et, par conséquent, est plus sensible au THC [14][16]. Le système endocannabinoïde, qui participe à la maturation des réseaux de neurones corticaux par la modulation de la dopamine, est également touché. Lorsque le THC exogène y pénètre, il cible beaucoup plus de récepteurs que les cannabinoïdes endogènes et « submerge » les récepteurs, ce qui donne deux résultats principaux : un système qui ne fonctionne plus avec autant d’efficacité et des changements toxiques aux neurones ciblés [17].

Par ailleurs, des changements structurels visibles à l’imagerie par résonance magnétique (IRM) sont attestés chez les adolescents qui consomment régulièrement du cannabis. Les images révèlent un volume cérébral plus faible, des circonvolutions différentes et un amincissement du cortex, une connectivité neurale amoindrie et une moins grande intégrité de la matière blanche, tous indicateurs de lésions causées par le THC [18]. Enfin, des études d'ima gerie par résonance magnétique (IRM) fonctionnelle chez des adolescents qui consomment régulièrement du cannabis ont démontré une augmentation de l’activité neurale, c’est-à-dire que le cerveau travaille davantage pour exécuter des tâches. En d’autres mots, le cerveau doit vaincre ou compenser la perte d’intégrité attribuable aux effets du cannabis [19]. Fait important, la teneur en THC de la marijuana actuellement sur le marché est de deux à quatre fois plus élevée que celle des produits qui étaient habituellement offerts à la vente il y a 40 ans [20]. Ainsi, les répercussions sont probablement amplifiées sur le cerveau de l’adolescent.

L’INTOXICATION

L’expérience d’être high ou la sensation de défonce décrite par les consommateurs englobe toute une palette de sensations. L’euphorie, la déformation des perceptions et la relaxation sont les plus courantes. Certains ressentent une extrême anxiété et des symptômes analogues à des crises de panique [21]. Les domaines d’atteinte démontrés sont la mémoire à court terme, l’exécution de tâches mentales complexes, l’attention et le jugement. Les temps de réaction et la motricité sont également perturbés [22]. De nombreux consommateurs occasionnels de cannabis ne ressentent que les effets escomptés du high, mais les risques d’expérience indésirable demeurent, particulièrement chez les consommateurs réguliers.

La conduite sous l’effet du cannabis est désormais plus fréquente chez les adolescents que la conduite en état d’ébriété [8]. En 2015, 9,8 % des étudiants ontariens de la 10e à la 12e année qui possédaient un permis de conduire ont admis avoir conduit au moins une fois après avoir consommé du cannabis au cours de l’année précédente [8]. Une méta-analyse a révélé que le risque d’accident de voiture était plus de deux fois plus élevé après la consommation de cannabis [23]. Des études de simulation ont déterminé les déficits associés à la conduite sous l’effet du cannabis, la diminution de la capacité de demeurer dans sa voie étant la compétence la plus touchée [24][25]. D’après une étude récente, seulement 48 % des adolescents canadiens de 16 à 19 ans convenaient du danger lié à la conduite sous l’effet du cannabis, par rapport à 79 % qui admettaient le risque de conduire en état d’ébriété [26]. En fait, dans ces deux situations, la qualité de la conduite est considérablement compromise, et les effets sont probablement cumulatifs [26]. Cependant, même si les taux d’éthanol sont facilement mesurables et peuvent indiquer une consommation récente d’alcool, on cherche toujours des marqueurs de laboratoire fiables pour attester d’une consommation aiguë de cannabis. En effet, les métabolites peuvent persister jusqu’à 77 jours dans l’urine après la dernière consommation de cannabis [27].

Par ailleurs, la consommation d’aliments contenant du cannabis peut être une source involontaire de toxicité, car son absorption peut s’étaler sur plusieurs heures, au lieu de quelques minutes lorsque le cannabis est fumé [2]. Une personne qui ne ressent pas encore les effets du cannabis risque d’en surconsommer. De plus, il est particulièrement préoccupant de constater que de jeunes enfants consomment involontairement des aliments fabriqués pour ressembler à des bonbons. Au Colorado, les taux d’ingestion involontaire par des enfants de moins de neuf ans a augmenté de 34 % après la légalisation du cannabis [28]. Ainsi, 35 % de ces enfants ont dû être hospitalisés en raison de symptômes de surdose, y compris une grave somnolence et une dépression respiratoire [28].

LE TROUBLE DE L’USAGE DU CANNABIS ET LE SEVRAGE DU CANNABIS

On estime qu’un jeune sur six qui consomme du cannabis à l’adolescence répond aux critères de dépendance [29][30]. Le trouble de l’usage du cannabis (TUC), un nouveau diagnostic du DSM-5, regroupe la surconsommation de cannabis et la dépendance au cannabis [31]. Le TUC est défini par un profil problématique de consommation de cannabis qui provoque une atteinte importante de la fonction ou de la détresse sur une période de 12 mois [31]. En général, les adolescents présentent les atteintes fonctionnelles suivantes : diminution de la performance scolaire, absentéisme scolaire, diminution de la participation aux activités parascolaires et baisse d’intérêt à l’égard de ces activités, désengagement des groupes d’amis habituels et conflits avec la famille. La prévalence de TUC sur 12 mois chez les adolescents nord-américains se situe juste au-dessus de 3 %. Dans ce groupe, les garçons et les jeunes plus âgés sont représentés de façon disproportionnée [29].

Pour la première fois, le sevrage du cannabis (SC) est considéré comme un diagnostic psychiatrique dans le DSM-5 [31]. Le SC désigne la présence d’au moins deux des cinq symptômes psychologiques suivants : l’irritabilité, l’anxiété, les symptômes dépressifs, les troubles du sommeil et la diminution de l’appétit, et au moins l’un des six symptômes physiques suivants : les douleurs abdominales, les tremblements, la fièvre, les frissons, les céphalées et la diaphorèse, après l’arrêt d’une forte consommation de cannabis. Par ce terme, on entend une consommation quotidienne ou presque quotidienne pendant au moins quelques mois. Souvent, les symptômes de sevrage se manifestent de 24 heures à 72 heures après la dernière consommation [32] et subsistent pendant une à deux semaines. Les troubles du sommeil persistent souvent jusqu’à un mois. Le SC peut rendre l’arrêt du cannabis plus difficile et contribuer aux rechutes [32].

LA CONSOMMATION DE CANNABIS LIÉE À;; CELLE DU TABAC ET D’AUTRES SUBSTANCES

La consommation de cannabis est étroitement liée à la consommation d’autres substances, notamment l’alcool et le tabac. La consommation problématique d’alcool chez les adolescents s’associe fortement à la consommation de cannabis [33]. La consommation de marijuana et de tabac à l’âge de 18 ans est prédictive d’une consommation importante d’alcool à l’âge de 35 ans [34]. Quatre-vingts pour cent des jeunes consommateurs de cannabis fument également du tabac [35][36], ce qui est indicateur d’un lien étroit entre ces deux drogues. La consommation de cannabis est également liée au tabac par le mulling, c’est-à-dire l’ajout de tabac aux cigarettes de cannabis [37]. Le mélange des deux substances facilite la combustion et entraîne une importante exposition à la nicotine [38]. La consommation simultanée de tabac et de cannabis contribue considérablement aux symptômes de dépendance au cannabis, car les symptômes de sevrage qui suivent l’abandon simultané des deux substances sont plus marqués qu’après l’abandon d’une seule d’entre elles [39].

Pour ce qui des autres drogues, une étude longitudinale prospective a démontré que la consommation de cannabis à l’adolescence sextuple la future consommation d’ecstasy [40]. Une étude réalisée en France auprès d’adultes et d’adolescents a établi que 0,4 % de ceux qui n’avaient pas consommé de cannabis au cours de l’année précédente avait expérimenté d’autres drogues, par rapport à 25 % des consommateurs réguliers de cannabis [41]. On remarque une tendance récente : la consommation de cannabinoïdes synthétiques, qu’on appelle K2 ou spice. Ces produits peuvent être cent fois plus puissants que le THC [42], et leur risque d’effets toxiques, tels que l’insuffisance rénale aiguë et la mort, est plus élevé [43].

LE CANNABIS, LA DÉPRESSION ET L’ANXIÉTÉ

D’après les recherches, il y a une forte association entre la consommation quotidienne de cannabis et la dépression chez les adolescents et les jeunes adultes. Cependant, la relation causale n’est pas encore établie. Selon des études épidémiologiques, une forte consommation de cannabis est liée à une augmentation des troubles de l’humeur, particulièrement chez les personnes déjà vulnérables à des épisodes dépressifs majeurs (ÉDM) [44][45]. Une étude a démontré un risque d’ÉDM trois fois plus élevé [46]. Des données récentes indiquent toutefois que la consommation de cannabis amorcée à l’adolescence doit se poursuivre jusqu’au début de l’âge adulte pour qu’on puisse l’associer à la dépression [47]. Les données confirmant une association précise entre la consommation de cannabis et les troubles anxieux sont moins fiables. Cependant, une vaste étude de cohorte révèle une association entre la consommation fréquente de cannabis et l’incidence de symptômes d’anxiété chez les jeunes adultes [48]. Il semble également que le trouble d’anxiété sociale et le syndrome de stress post-traumatique sont des facteurs de risque de profils problématiques de consommation de cannabis [48][49].

LES TROUBLES PSYCHOTIQUES ET LA SCHIZOPHRÉNIE

Le cannabis peut susciter une psychose aiguë ou transitoire chez les adolescents, même s’ils n’ont pas d’antécédents de maladie mentale. Divers symptômes psychotiques sont signalés, tels que la dépersonnalisation, la déréalisation, l’euphorie onirique, la désorientation, le délire, les hallucinations et l’idéation paranoïde [50]. Les meilleures preuves d’un effet direct du cannabis sur la perception et la fonction cognitive proviennent de recherches sur des volontaires en bonne santé qui ont présenté des symptômes transitoires évocateurs de la schizophrénie après s’être fait administrer du THC par voie intraveineuse [51]. Chez certains adolescents, les symptômes psychotiques aigus ou transitoires ont subsisté plusieurs jours et entraîné une consultation en vue d’une évaluation médicale ou psychiatrique. De vastes études longitudinales ont démontré que plus de 50 % des jeunes qui présentent ces symptômes éprouveront un trouble psychotique plus tard [52].

Même si le risque absolu de psychose est faible, le risque de problèmes psychotiques de quelque nature que ce soit augmente de 40 % chez les personnes qui ont consommé du cannabis au cours de leur vie [53]. L’association marquée entre une forte consommation de cannabis et la psychose est attestée à maintes reprises dans les publications. Cette association semble liée dans le temps, présente une relation dose-réponse et est plausible sur le plan biologique [54]. Une méta-analyse a établi un lien entre la consommation de cannabis et l’apparition d’une maladie psychotique, ce qui soutient l’hypothèse d’un facteur causal entre une telle consommation et l’apparition d’une psychose chez certaines personnes, particulièrement celles dont un membre de la famille a des antécédents de psychose ou qui en ont elles-mêmes déjà été victimes [55].

Dans l’ensemble, les personnes atteintes d’un trouble psychotique présentent un taux plus élevé de consommation de cannabis que celles qui éprouvent d’autres troubles de santé mentale, à l’exception des troubles de l’usage d’une substance. Plus précisément, la schizophrénie se déclare généralement vers la fin de l’adolescence ou au début de l’âge adulte, et de plus en plus de données indiquent un lien causal avec une forte consommation de cannabis. La prévalence de schizophrénie est d’environ 1 % au sein de la population adulte, mais ce risque double chez les grands consommateurs de cannabis [55]. D’après des données récentes, la consommation de cannabis à forte teneur en THC accroît encore ce risque [56].

LA PERFORMANCE SCOLAIRE, LE DÉCLIN COGNITIF ET LES RÉALISATIONS AU COURS DE LA VIE

La relation entre la consommation de cannabis et la performance scolaire est complexe. On ne sait pas s’il y a un lien de causalité direct entre la consommation et le niveau de performance, mais on constate des associations indéniables entre la consommation de cannabis chez les jeunes et un plus faible niveau de scolarité [57]. Ce lien pourrait être attribuable au fait que les élèves qui réussissent moins bien à l’école sont plus susceptibles de consommer du cannabis. En outre, la consommation de cannabis et un niveau de scolarité sous la moyenne peuvent partager les mêmes facteurs de risque [57]. Cependant, l’observation selon laquelle la fonction cognitive, et particulièrement la mémoire de travail, est perturbée à la fois pendant la consommation de cannabis et dans les jours suivants laisse croire à un lien direct entre la consommation de cannabis et une moins bonne performance scolaire [58]. Une perturbation de la performance cognitive à court terme peut amener les élèves à prendre du retard, et ainsi les désavantager dans le cadre de leurs prochains apprentissages. De plus, les personnes qui commencent à consommer du cannabis au début de l’adolescence ou qui en consomment de manière chronique risquent de présenter des atteintes cognitives à long terme [59]. Plus précisément, on remarque des déficits sur le plan des facultés décisionnelles, de la formation de concepts et de la planification, et selon des études, les consommateurs de cannabis sont moins susceptibles de terminer leurs études secondaires [57].

Les recherches scientifiques sont équivoques quand vient le temps d’associer quotient intellectuel (QI) et cannabis. Selon deux études longitudinales récentes sur des jumeaux, les résultats au test de QI des consommateurs de cannabis diminuaient considérablement au fil du temps, mais tout de même pas de manière significative par rapport à ceux de leur jumeau qui ne consommait pas de cannabis [60]. Auparavant, une vaste étude de cohorte avait indiqué que les résultats au test de QI diminuaient considérablement chez les grands consommateurs de cannabis qui avaient fait l’objet d’un suivi prospectif entre l’adolescence et l’âge mur [61]. Une relation dose-réponse avait été observée, selon laquelle plus la consommation s’étalait dans le temps, plus son effet sur le QI était prononcé. Si la forte consommation de cannabis se maintenait pendant le suivi, les résultats au test de QI chutaient d’une moyenne de dix points. De plus, le déclin cognitif était plus important chez les personnes qui étaient devenues de grands consommateurs à l’adolescence que chez celles qui avaient commencé à consommer après l’âge de 18 ans.

Tous les facteurs précédents peuvent contribuer à un taux plus élevé d’inemploi, de participation à des activités criminelles et de besoin d’aide sociale et ainsi exacerber le sentiment d’insatisfaction que ressentent les grands consommateurs de cannabis face à la vie [62]. De multiples facteurs expliquent probablement l’association entre la consommation de cannabis et les moins grandes réalisations au cours de la vie, et la consommation régulière peut en être à la fois la cause et la conséquence. Il faut se rappeler que des atteintes cognitives sont liées au cannabis et que certains de ces effets sont plus importants lorsque le cannabis est consommé à l’adolescence [63]. Parmi toutes les trajectoires de consommation du cannabis, les non- consommateurs présentent toujours la situation socioéconomique et l’état de santé les plus favorables à l’âge de 29 ans, tandis que les personnes qui deviennent de grands consommateurs dès un jeune âge obtiennent les résultats les moins favorables [13].

CONCLUSION

On ne devrait pas consommer de cannabis à des fins récréatives en raison de la gravité de ses nombreux effets délétères potentiels. Ces effets touchent l’ensemble de la population, mais le cerveau en développement est particulièrement sensible aux conséquences de la consommation de cannabis. Les jeunes Canadiens courent un risque élevé de TUC et peuvent doubler leur risque de maladie psychotique. La conduite sous l’effet du cannabis accroît les risques d’accident d’automobile. Dans les régions des États-Unis où le cannabis est légalisé, le taux de soins médicaux d’urgence des enfants a augmenté à cause de l’ingestion involontaire de cette substance.

L’expansion potentielle de l’industrie du cannabis légal au Canada soulève un dilemme quant à l’âge le plus approprié pour le consommer en toute légalité, tout en limitant les préjudices pour les enfants et les adolescents, qui forment la population la plus vulnérable à la consommation de ce produit. D’une part, l’interdiction de la consommation de cannabis jusqu’au milieu de la vingtaine protégerait les adolescents pendant une période critique du développement cérébral. D’autre part, les adolescents et les jeunes adultes expérimentent déjà souvent la marijuana. En faisant concorder l’âge légal de consommation du cannabis avec celui des autres substances contrôlées, notamment l’alcool et le tabac, on pourrait s’assurer que les jeunes ayant atteint la majorité aient accès à un produit réglementé, dont on connaîtrait la teneur. Ces jeunes seraient également moins susceptibles de se livrer à des activités illégales à haut risque pour obtenir du cannabis.

La législation sur le cannabis aura des répercussions importantes sur la vie et la santé des enfants et des adolescents. C’est pourquoi des mécanismes de protection s’imposent. Compte tenu des risques sur la santé physique et mentale et des nombreuses questions en jeu en matière de droit, de finance et de sécurité publique, les décideurs, avec l’appui des médecins et du grand public, doivent continuer de limiter l’accès au cannabis.

RECOMMANDATIONS

Pour protéger les enfants et les adolescents des dangers liés à la consommation de cannabis à des fins récréatives et à la dépendance au cannabis, la Société canadienne de pédiatrie fait les recommandations suivantes :

Les gouvernements doivent :

  • interdire la vente de tous les produits du cannabis aux enfants et aux adolescents qui n’ont pas l’âge légal d’acheter des produits du tabac et de l’alcool (18 ou 19 ans, selon leur lieu de résidence).
  • envisager de limiter la concentration de THC dans le cannabis que les jeunes de 18 à 25 ans peuvent acheter en toute légalité.
  • adopter et faire rigoureusement respecter la réglementation sur l’industrie du cannabis afin de limiter l’accès au cannabis et sa commercialisation chez les mineurs. Cette réglementation doit :
    • interdire l’installation de points de vente près des écoles primaires et secondaires, des centres de la petite enfance agréés, des centres communautaires, des quartiers résidentiels et des centres jeunesse.
    • interdire la vente de produits du cannabis dans des étalages ou des distributrices libre-service.
    • imposer des normes d’étiquetage rigoureuses sur tous les produits du cannabis, y compris une liste exhaustive des ingrédients et une mesure exacte de la concentration de cannabis.
    • imposer l’apposition d’avertissements sur les emballages de tous les produits du cannabis, y compris les effets nuisibles connus et potentiels de l’exposition à ces substances (p. ex., pour les jeunes enfants et le fœtus pendant la grossesse), de manière analogue aux messages sur les paquets de cigarettes.
  • décréter et faire respecter des normes rigoureuses de commercialisation et de promotion, y compris l’interdiction de toute publicité liée à l’industrie du cannabis ainsi que de commandites d’événements, d’activités ou d’établissements permanents par l’industrie du cannabis.
  • décréter et faire respecter une interdiction de commercialiser les produits liés au cannabis à l’aide de stratégies ou dans des lieux qui attirent les enfants et les adolescents, y compris (sans s’y limiter) les produits comestibles qui ressemblent à des bonbons, les échantillons gratuits et la promotion dans les médias sociaux.
  • restreindre la vente en ligne de tous les produits du cannabis et produits connexes aux personnes qui peuvent démontrer qu’elles ont dépassé l’âge légal pour consommer de l’alcool dans la province ou le territoire où elles résident.
  • élargir et harmoniser les lois antitabac en place dans tous les ordres du gouvernement (c’est-à-dire, interdire le tabagisme dans les lieux publics, ainsi que dans les voitures en présence d’enfants) pour inclure le cannabis.
  • financer des campagnes d’éducation publique pour souligner que le cannabis n’est pas sécuritaire pour les enfants et les adolescents et ainsi sensibiliser la population aux préjudices liés à la consommation de cannabis et à la dépendance au cannabis. Ces campagnes doivent être créées en collaboration avec de jeunes leaders qui s’investissent dans la communauté et inclure des messages de jeunes leaders d’opinion.
  • investir dans la création et la mise en œuvre de programmes de dépistage systématique des cannabinoïdes lors des contrôles routiers et prévoir des sanctions appropriées pour les jeunes qui conduisent sous l’effet du cannabis.
  • financer davantage la recherche sur la consommation de substances psychoactives, ainsi que sa prévention et son traitement chez les adolescents et les jeunes adultes.
  • financer davantage la promotion de la santé mentale et le traitement des maladies mentales dans ce groupe d’âge.
  • consulter les communautés autochtones pour adapter la législation, les mesures préventives et les interventions de manière à respecter les conditions locales et les exigences culturelles.
  • surveiller activement les effets qu’entraînent les modifications à la législation du cannabis chez les jeunes.

Les travailleurs de la santé doivent :

  • connaître et faire connaître les risques liés à la consommation du cannabis sur la santé.
  • procéder au repérage d’une exposition au cannabis ou d’une consommation de cannabis chez tous les enfants et les adolescents et les informer, ainsi que leur famille, des risques et des dangers possibles de la consommation du cannabis sur la santé.
  • donner des conseils préventifs aux parents et aux enfants plus âgés sur les risques potentiels de la consommation de cannabis sur la santé.

Remerciements

Le comité de la bioéthique, le comité de la pédiatrie communautaire, le comité de la pharmacologie et des substances dangereuses et le comité de la santé mentale et des troubles du développement de la Société canadienne de pédiatrie ont révisé le présent document de principes. Les auteurs tiennent à remercier la docteure Heather VanderMeulen pour son apport aux parties du manuscrit sur la conduite automobile sous l’effet du cannabis et sur la performance scolaire, le déclin cognitif et les réalisations au cours de la vie.


COMITÉ DE LA SANTÉ DE L’ADOLESCENT DE LA SCP

Membres : Giuseppina Di Meglio MD, Natasha Johnson MD, Margo Lane MD (présidente), Karen Leis MD (représentante du conseil), Mark Norris MD, Gillian Thompson IP-Pédiatrie (membre sortante), Ellie Vyver MD
Représentante : Christina N Grant MD, section de la santé de l’adolescent de la SCP
Auteurs principaux : Christina N Grant MD, Richard E Bélanger MD


Références

  1. Morean ME, Kong G, Camenga DR, Cavallo Da, Krishnan-Sarin S. High school students’ use of electronic cigarettes to vaporize cannabis. Pediatrics 2015;136(4):611–6.
  2. Friese B, Slater MD, Annechino R, Battle RS. Teen use of marijuana edibles: A focus group study of an emerging issue. J Prim Prev 2016;37(3):303–9.
  3. Morgan CJ, Noronha LA, Muetzelfeldt M, Feilding A, Curran HV. Harms and benefits associated with psychoactive drugs: Findings of an international survey of active drug users. J Pyschopharmacol 2013;27(6):497–506.
  4. Rieder MJ, Société canadienne de pédiatrie, comité de la pharmacologie et des substances dangereuses. Le cannabis à des fins médicales est-il une option pour les enfants? Paediatr Child Health 2016;21(1):35–8.
  5. Organisation mondiale de la Santé. Déterminants sociaux de la santé et du bien-être chez les jeunes. Enquête sur le comportement des jeunes d’âge scolaire en matière de santé (HBSC) : rapport international sur l’étude de 2009/2010. Copenhague: Bureau régional de l’OMS pour l’Europe, 2012.
  6. Santé Canada. Enquête de surveillance canadienne de la consommation d’alcool et de drogues (ESCCAD) : Canadiens âgés de 15 ans et plus 2012. www.hc-sc.gc.ca/hc-ps/drugs-drogues/stat/_2012/summary-sommaire-fra.php (consulté le 19 septembre 2016).
  7. Brunelle N, Plourde C, Landry M et coll. Patterns of psychoactive substance use among youths in Nunavik. Indittera 2010;2:1–12.
  8. Boak A, Hamilton HA, Adlaf EM, Mann RE. Drug use among Ontario students, 1977–2015: Detailed OSDUHS findings. CAMH Research Document Series, no. 41. Toronto, Ont.: Centre de toxicomanie et de santé mentale, 2015.
  9. Colorado Department of Public Safety. Marijuana legalization in Colorado: Early findings; A report pursuant to senate bill 13–283. March 2016: http://cdpsdocs.state.co.us/ors/docs/reports/2016-SB13-283-Rpt.pdf (consulté le 19 septembre 2016).
  10. Roffman R . Legalization of cannabis in Washington State: How is it going? Addiction 2016; 111(7):1139–40.
  11. Giedd JN, Blumenthal J, Jeffries NO et coll. Brain development during childhood and adolescence: A longitudinal MRI study. Nat Neurosci 1999;2(10):861–3.
  12. Lenroot RK, Giedd JN. Brain development in children and adolescents: Insights from anatomical magnetic resonance imaging. Neurosci Biobehav Rev 2006;30(6):718–29.
  13. Hurd YL, Michaelides M, Miller ML, Jutras-Aswad D. Trajectory of adolescent cannabis use on addiction vulnerability. Neuropharmacology 2014;76 (Pt B):416–24.
  14. George T, Vaccarino F, éd. Toxicomanie au Canada : Les effets de la consommation de cannabis pendant l’adolescence. Ottawa, Ont.: Centre canadien de lutte contre les toxicomanies, 2015.
  15. Blakemore SJ. Teenage kicks: Cannabis and the adolescent brain. Lancet 2013;381(9870):888–9.
  16. Anderson VA, Anderson P, Northam E, Jacobs R , Catroppa C. Development of executive functions through late childhood through late adolescence in an Australian sample. Dev Neuropsychol 2001;20(1):385–406.
  17. Bossong MG, Niesink RJ. Adolescent brain maturation, the endogenous cannaboid system and the neurobiology of cannabis-induced schizophrenia. Prog Neurobiol 2010;92(3):370–85.
  18. Lisdahl KM, Wright NE, Kirchner-Medina C, Maple KE, Shollenbarger S. Considering cannabis: The effects of regular cannabis use on neurocognition in adolescents and young adults. Curt Addict Rep 2014;1(2):144–56.
  19. Jager G, Block RI, Luijten M, Ramsay NF. Cannabis use and memory brain function in adolescent boys: A cross-sectional multicenter functional magnetic resonance imaging study. J Am Acad Child Adolesc Psychiatry 2010;49(6):561–72.e3.
  20. Cascini F, Aiello C, Di Tanna G. Increasing delta-9-tetrahydrocannabinol (?-9-THC) content in herbal cannabis over time: Systematic review and meta-analysis. Curr Drug Abuse Rev 2012;5(1):32–40.
  21. Karila L, Roux P, Rolland B et coll. Acute and long-term effects of cannabis use: A review. Curr Pharm Des 2014;20(25):4112–8.
  22. Li MC, Brady JE, DiMaggio CJ, Lusardi AR , Tzong KY, Li G. Marijuana use and motor vehicle crashes. Epidemiol Rev 2012:34:65–72.
  23. Papafotiou K, Carter JD, Stough C. The relationship between performance on the standardised field sobriety tests, driving performance and the level of Delta-9-tetrahydrocannabinol (THC) in blood. Forensic Sci Int 2005;155(2–3):172–8.
  24. Ramaekers JG, Robbe HW, O’Hanlon JF. Marijuana, alcohol and actual driving performance. Hum Psychopharmacol 2000;15(7):551–8.
  25. Hartman RL, Brown TL, Milavetz G et coll. Cannabis effects on driving lateral control with and without alcohol. Drug Alcohol Depend 2015;154:25–37.
  26. Conseil canadien des administrateurs en transport motorisé. Sondage d’opinion publique sur la conduite sous l’effet de la drogue au Canada. http://ccmta.ca/images/publications/pdf//PDF%20FRENCH/CCMTA_Public_Opinion_Survey_of_Drugs_and_Driving_in_Canada_revised_2014_04_14_FINAL_FRENCH.pdf (consulté le 26 septembre 2016).
  27. Smith-Kielland A, Skuterud B, Mørland J. Urinary excretion of 11-nor-9-corboxy-delta9-tetrahydrocannabinol and cannabinoids in frequent and infrequent drug users. J Anal Toxicol 1999;23(9):323–32.
  28. Wang GS, Le Lait MC, Deakyne SJ, Bronstein AC, Bajaj L, Roosevelt G. Unintentional pediatric exposures to marijuana in Colorado, 2009–2015. JAMA Pediatr 2016;170(9):e160971.
  29. Turner SD, Spithoff S, Kahan M. Approach to cannabis use disorder in primary care: Focus on youth and other high-risk users. Can Fam Physician 2014;60(9):801–8, e423-32.
  30. Volkow ND, Baler RD, Compton WM, Weiss SR . Adverse effects of marijuana use. N Engl J Med 2014;370(23):2219–27.
  31. American Psychiatric Association. Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, 5e édition. Elsevier Masson SAS, Issy-les-Moulineaux: APA, 2015.
  32. Budney AJ, Hughes JR . The cannabis withdrawal syndrome. Curr Opin Psychiatry 2006;19(3):233–8.
  33. Georgiades K, Boyle MH. Adolescent tobacco and cannabis use: Young adult outcomes from the Ontario child health study. J Child Psychol Psychiatry 2007;48(7):724–31.
  34. Merline A, Jager J, Schulenberg JE. Adolescent risk factors for adult alcohol use and abuse: Stability and change of predictive value across early and middle adulthood. Addiction 2008;103(Suppl 1):84–99.
  35. Suris JC, Akre C, Berchtold A, Jeannin A, Michaud PA. Some go without a cigarette: Characteristics of cannabis users who have never smoked tobacco. Arch Pediatr Adolesc Med 2007;161(11):1042–7.
  36. Degenhardt L, Coffey C, Carlin JB, Swift W, Moore E, Patton GC. Outcomes of occasional cannabis use in adolescence: 10-year follow-up study in Victoria, Australia. Br J Psychiatry 2010;196(4):290–5.
  37. Bélanger RE, Akre C, Kuntsche E, Gmel G, Suris JC. Adding tobacco to cannabis? its frequency and likely implications. Nicotine Tob Res 2011;13(8):746–50.
  38. Bélanger RE, Marclay F, Berchtold A, Saugy M, Cornuz J, Suris JC. To what extent does adding tobacco to cannabis expose young users to nicotine? Nicotine Tob Res 2013;15(11): 1832–8.
  39. Vandrey RG, Budney AJ, Hughes JR , Liquori A. A within-subject comparison of withdrawal symptoms during abstinence from cannabis, tobacco, and both substances. Drug Alcohol Depend 2009;92(1–3):48–54.
  40. Zimmerman P, Wittchen HU, Waszak R , Nocon A, Höfler M, Lieb R . Pathways into ecstasy use: The role of prior cannabis use and ecstasy availability. Drug Alcohol Depend 2005;79(3):331–41.
  41. Beck F, Legelye S, Spilka S. Multiple psychoactive substance use (alcohol, tobacco and cannabis) in the French general population in 2005. Presse Med 2008;37(2 Pt 1):207–15.
  42. Bebarta VS, Ramirez S, Varney SM. Spice: A new “legal” herbal mixture abused by young active duty military personnel. Subst Abus 2012:33(2):191–4.
  43. National Conference of State Legislatures. Synthetic cannabinoids (aka “K2”/”Spice”) enactments. Washington, DC. 2012.
  44. Patton GC, Coffey C, Carlin JB, Degenhardt L, Lynskey M, Hall W. Cannabis use and mental health in young people: Cohort study. BMJ 2002;325(7374):1195–8.
  45. Rubino T, Zamberletti E, Parolaro D. Adolescent exposure to cannabis: A risk for psychiatric disorders. J Psychopharmacol 2012;26(1):177–88.
  46. Rey JM, Sawyer MG, Raphael B, Patton GC, Lynskey M. Mental health of teenagers who use cannabis: Results from an Australian study. Br J Psychiatry 2002;180:216–21.
  47. Meier MH, Hall W, Caspi A et coll. Which adolescents develop persistent substance dependence in adulthood? Using population-representative longitudinal data to inform universal risk assessment. Psychol Med 2016;46(4):877–89.
  48. Buckner JD, Schmidt NB, Lang AR , Small JW, Schlauch RC, Lewinson PM. Specificity of social anxiety disorder as a risk factor for alcohol and cannabis dependence. J Psychiatr Res 2008;42(3):230–39.
  49. Cornelius JR , Kirisci L, Reynolds M, Clark DB, Hayes J, Tarter R . PTSD contributes to teen and young adult cannabis use disorders. Addict Behav 2010;35(2):91–4.
  50. Johns A. Psychiatric effects of cannabis. Br J Psychiatry 2001;178:116–22.
  51. D’Souza DC, Perry E, MacDougall et coll. The psychotomimetic effects of intravenous delta-9-tetrahydrocannabinol in healthy individuals: Implications for psychosis. Neuropsychopharmacology 2004;29(8):1558–72.
  52. Arendt M, Rosenberg R , Foldager L, Perto G, Munk-Jørgensen P. Cannabis-induced psychosis and subsequent schizophrenia-spectrum disorders: Follow-up study of 535 incident cases. Br J Psychiatry 2005;187(6):510–5.
  53. Moore TH, Zammit S, Lingford-Hughes A et coll. Cannabis use and risk of psychotic or affective mental health outcomes: A systematic review. Lancet 2007;370(9584):319–28.
  54. Radhakishnan R , Wilkinson ST, D’Souza DC. Gone to pot? A review of the association between cannabis and psychosis. Front Psychiatry 2014;5:54.
  55. Large M, Sharma S, Compton MT, Slade T, Nielssen O. Cannabis use and earlier onset of psychosis: A systematic meta-analysis. Arch Gen Psychiatry 2011;68(6):555–61.
  56. Di Forti M, Sallis H, Allegri F et coll. Daily use, especially of high-potency cannabis, drives the earlier onset of psychosis in cannabis users. Schizophr Bull 2014;40(6):1499–508.
  57. Lynskey M, Coffey C, Degenhardt L, Carlin JB, Patton G. A longitudinal study of the effects of adolescent cannabis use on high school completion. Addiction 2003;98(5):685–92.
  58. Brook JS, Stimmel MA, Zhang C, Brook DW. The association between earlier marijuana use and subsequent academic achievement and health problems: A longitudinal study. Am J Addict 2008;17(2):155–60.
  59. Fergusson DM, Horwood LJ, Beautrais AL. Cannabis and educational achievement. Addiction 2003;98(12):1681–92.
  60. Jackson NJ, Isen JD, Khoddam R et coll. Impact of adolescent marijuana use on intelligence: Results from two longitudinal twin studies. Proc Natl Acad Sci USA 2016;113(5):E500–8.
  61. Meier MH, Caspi A, Ambler A et coll. Persistent cannabis users show neuropsychological decline from childhood to midlife. Proc Natl Acad Sci USA 2012;109(40):E2657–64.
  62. Fergusson DM, Biden JM. Cannabis use and later life outcomes. Addiction 2008;103(6):969-76.
  63. Schweinsburg AD, Brown SA, Tapert SF. The influence of marijuana use on neurocognitive functioning in adolescents. Curr Drug Abuse Rev 2008;1(1):99–111.

Avertissement : Les recommandations du présent document de principes ne constituent pas une démarche ou un mode de traitement exclusif. Des variations tenant compte de la situation du patient peuvent se révéler pertinentes. Les adresses Internet sont à jour au moment de la publication.

Mise à jour : le 29 mai 2017