Passer au contenu
Canadian Paediatric Society

Hiver, rhume et fièvre : de quoi faire jaser les nouveaux arrivants

Affiché le le 25 janvier 2016 par la Société canadienne de pédiatrie | Permalink

Catégorie(s) : Éducation publique

Chloé Langlois-Pelletier, résidente en pédiatrie à l’Université de Sherbrooke

En décembre dernier, quelques collègues et moi allions à la rencontre d’une dizaine de familles récemment immigrées à l’occasion de deux ateliers d’information que nous avions préparés sur l’hiver, le rhume et la fièvre. Les buts de cette activité étaient de les outiller en vue de leur premier hiver au pays, de leur faire connaître quelques ressources à leur disposition en matière de santé (CLSC, clinique, hôpital, numéros d’urgence) et de leur rappeler les actions à prendre lorsque leur enfant est malade ainsi que les différents moyens d’évaluer le degré d’urgence de la situation.

En collaboration avec deux travailleurs sociaux déjà familiers avec les nouveaux arrivants et une pédiatre impliquée auprès de cette population, les activités se sont déroulées aux locaux d’intervention de quartier de Sherbrooke. Ces endroits, implantés à même des immeubles d’habitation, sont de véritables points d’ancrage non seulement pour les immigrants, mais également pour d’autres populations vulnérables qui vivent à proximité.

Après quelques rencontres préparatoires, nous nous sommes lancées pour une première fois dans le quartier Ascot, puis nous avons récidivé dans le quartier Jardins-fleuris une semaine plus tard. Chaque rencontre a bien sûr commencé par les présentations. Nous étions curieuses de connaître leur pays d’origine et le temps écoulé depuis leur arrivée (quelques semaines pour la plupart), le nombre d’enfants et leur âge. Certains résidents se sont amusés avec les enfants dans une pièce voisine alors que les autres échangeaient avec les parents pour permettre une discussion plus calme. La plupart étaient francophones ou comprenaient le français lorsque parlé lentement, mais nous avons heureusement reçu l’aide d’une interprète au cours de la deuxième rencontre afin d’aider deux participantes à profiter davantage de la discussion.

Puis, inspirées par quelques articles de la section Soins de nos enfants du site internet de la Société canadienne de pédiatrie, nous avons abordé les précautions à prendre pour se protéger du froid en hiver, le rhume (ses manifestations, les façons de prévenir sa transmission, les actions à prendre, etc) et la fièvre (comment la mesurer, les valeurs de référence, etc). Plusieurs immigrants avaient dans l’idée que le froid lui-même pouvait transmettre des maladies et que l’estimation de la température corporelle avec le dos de la main était fiable. Nous avons donc profité de l’occasion pour briser certains mythes que les Québécois entretiennent eux aussi parfois.

Cette réunion fut finalement pour nous une belle occasion d’échanger avec les immigrants loin du milieu hospitalier, de répondre spécifiquement à leurs questions et d’apprécier leur joie de vivre et leur esprit de communauté. Le défi aura été de ne pas céder à la tentation de déballer toutes nos connaissances, mais bien d’y aller à leur rythme et selon leurs besoins.

Chaque famille est repartie à la maison avec un sac contenant entre autres un thermomètre, de l’acétaminophène (connu pour la plupart sous le nom de paracétamol) et une solution saline pour le nez. À l’aube de l’arrivée importante de familles immigrantes, nous espérons répéter cette activité à quelques reprises dans les prochains mois. Également, nous aimerions planifier d’autres ateliers aux locaux d’intervention de quartier, auprès de familles immigrantes ou non, sur des sujets tels que l’activité physique et l’obésité, la discipline, l’alphabétisation et autres.


Droits d'auteur

La Société canadienne de pédiatrie est propriétaire des droits d'auteur sur toute l'information publiée dans le présent blogue. Pour obtenir toute l'information à ce sujet, lisez la Politique sur les droits d'auteur.

Avertissement

L'information contenue dans le présent blogue ne devrait pas remplacer les soins et les conseils d'un médecin.

Mise à jour : le 25 janvier 2016