PDF

Document de principes

Les régimes à l’adolescence

Affichage : le 1 septembre 2004 Reconduit : le 1 février 2016

La Société canadienne de pédiatrie autorise l’impression d’exemplaires uniques de ce document à partir de son site Web. Pour obtenir la permission d’imprimer ou de photocopier des exemplaires multiples, consultez notre politique sur les droits d'auteurs.

Auteur(s) principal(aux)

SM Findlay; Société canadienne de pédiatrie , Comité de la santé de l’adolescent
Paediatr Child Health 2004;9(7):499-503

Introduction

Les préoccupations à l’égard du poids et de la silhouette sont extrêmement courantes pendant l’adolescence. En plus d’être exposés aux risques bien réels de l’obésité et d’une mauvaise alimentation, les jeunes donnent prise à des idéaux de beauté d’une minceur irréaliste véhiculés par les médias [1]. Malheureusement, cette trop grande importance accordée à la minceur est interprétée par les jeunes, qui font équivaloir minceur et beauté, succès et santé. À cause des médias, les adolescents découvrent également diverses façons de perdre du poids pour parvenir à cet idéal de minceur. Les sources d’information offertes sur la santé et la nutrition sont souvent douteuses et peu fiables, moins motivées par des données scientifiques probantes que par des tendances à la mode et des intérêts financiers. Il en résulte que de nombreux adolescents ressentent la pression culturelle d’être plus minces pour être en bonne santé et tentent de réaliser cet objectif par de mauvais choix nutritionnels, parfois dangereux.

De récentes données canadiennes démontrent que près de la moitié des adolescents ontariens (de 12 à 18 ans) qui vont à l’école publique sont insatisfaits de leur poids [2]. Même les préadolescents sont nombreux à désirer être plus minces [3][4][5]. Il n’est donc pas surprenant que des stratégies visant à modifier le poids et la silhouette soient également très prévalentes. Des données transversales canadiennes indiquent que plus d’une adolescente sur cinq « est au régime » à un moment ou un autre [2]. Des données américaines [5]-[10], australiennes [11][12][13] et britanniques [14] indiquent des taux aussi élevés de tentatives de perte de poids chez les adolescents. Selon une récente analyse [15] des régimes à l’adolescence, de 41 % à 66 % des adolescentes et de 20 % à 31 % des adolescents ont déjà tenté de perdre du poids.

La définition du régime

Les adolescents ont bien des raisons de se mettre au régime, mais une insatisfaction à l’égard du schéma corporel et un désir d’être plus mince sont les facteurs de motivation de la majorité d’entre eux [16]. Les tentatives pour perdre du poids peuvent s’associer à diverses modifications de comportement, telles que des changements d’habitudes alimentaires ou de fréquence d’exercice. Suivre un régime est un comportement mal défini aux significations diverses, à la fois pour les patients et pour les professionnels, mais pour la plupart, il désigne une modification intentionnelle et souvent temporaire des habitudes alimentaires pour perdre du poids [3][17][18]. Il est difficile de comparer les études sur le statut et la rigueur des régimes en raison de la variation des définitions. Toutefois, partout, l’autovomissement et l’usage de laxatifs et d’agents amaigrissants sont considérés comme malsains ou extrêmes [13][18][19][20]. Dans de nombreuses études [8][10][13], les régimes chroniques (plus de dix par année), les régimes miracles, le jeûne et le fait de sauter des repas sont également classés parmi les stratégies malsaines. De nombreux auteurs [8][21] appellent « alimentation désordonnée » le recours à ces comportements pour perdre du poids si ceux-ci ne sont pas assez marqués pour justifier un diagnostic de trouble de l’alimentation.

Les comportements imputables aux régimes couvrent le spectre de sains à malsains. Les choix d’un jeune à l’égard de son régime peuvent s’harmoniser avec les recommandations d’une vie active saine, comme augmenter l’apport de fruits, de légumes et de céréales de grain entier, réduire modérément l’apport de matières grasses et faire plus d’exercice [7]. Cependant, un pourcentage important d’adolescents, et surtout d’adolescentes, adoptent des comportements malsains pour contrôler leur poids. Selon de récentes données canadiennes, 8,2 % des jeunes filles ontariennes de 12 à 18 ans et 4 % des jeunes filles britannocolombiennes ont indiqué qu’elles se faisaient vomir pour contrôler leur poids [2][4]. Plusieurs vastes études transversales ont porté sur la fréquence de pratiques précises de contrôle de poids [7]-[9][13][18][20][22]. Le jeûne, le fait de sauter des repas et le recours à des régimes chocs sont monnaie courante (22 % à 46 %). L’autovomissement s’observe chez 5 % à 12 % des adolescentes. L’usage de laxatifs et de diurétiques est moins fréquent (1 % à 4 %), de même que celui d’agents amaigrissants (3 % à 10 %). En outre, de 12 % à 18 % des adolescents fument la cigarette pour contrôler leur poids.

Les facteurs de risque des régimes

Les déterminants des régimes chez les adolescents sont sans borne. C’est pourquoi il est difficile de repérer les adolescents les plus susceptibles de se mettre au régime et d’adopter des stratégies de perte de poids compromettantes pour la santé (tableau 1). En général, à l’adolescence, les régimes et l’alimentation désordonnée augmentent avec l’âge et sont plus prévalents chez les filles [8][10]. Même s’il existe certaines variations selon le statut socioéconomique et le groupe ethnique, il est clair qu’aucun groupe n’est protégé d’une insatisfaction à l’égard du corps et de comportements de perte de poids [8][10][23]. Comme il fallait s’y attendre, les filles qui jugent faire de l’embonpoint et qui sont insatisfaites de leur corps sont plus susceptibles de se mettre au régime [2][3][6][20][24] et d’adopter des comportements malsains de perte de poids [20][21]. Le risque de régime et d’alimentation désordonnée est d’ailleurs proportionnel à l’embonpoint [11][20][25]. Cependant, malgré cette association, il importe de constater la prévalence élevée de régimes chez les adolescents d’un poids normal ou même insuffisant [4][7][11][20]. Dans une étude transversale américaine [20], 36 % des filles de poids normal étaient au régime, par rapport à 50 % de celles qui faisaient de l’embonpoint et à 55 % des obèses. La distorsion de l’image corporelle est courante chez les adolescents, qui se sentent souvent gros même s’ils ont un poids normal [13][26]. De toute évidence, la perception d’embonpoint représente un facteur dans la décision que prend l’adolescent de tenter de perdre du poids, qu’il fasse vraiment de l’embonpoint ou non. La majorité des adolescents canadiens affichent un poids normal [27], et de nombreux adolescents au régime vus en clinique s’inscrivent, en fait, dans une fourchette de poids saine.

TABLEAU 1
Corrélats de régimes et de comportements malsains relativement au poids chez les adolescents

Facteurs individuel

  • Sexe féminin
  • Embonpoint et obésité
  • Insatisfaction envers le schéma corporel et distorsion du schéma corporel
  • Mauvaise estime de soi
  • Sentiment de peu contrôler sa vie
  • Symptômes psychiatriques : dépression et anxiété
  • Alimentation végétarienne
  • Puberté précoce

Facteurs familiaux

  • Peu de liens familiaux
  • Absence de modèles adultes positifs
  • Régime d’un parent
  • Promotion du régime ou encouragement au régime de la part des parents
  • Critiques du poids de l’enfant par les parents

Facteurs environnementaux

  • Moqueries reliées au poids
  • Mauvaise participation à l’école
  • Promotion des régimes par le groupe de pairs
  • Participation à des sports reliés au poids

Autres facteurs

  • Certaines maladies chroniques, notamment le diabète
  • Présence d’autres comportements à risque, tels que le tabagisme, la consommation de drogues, les relations sexuelles non protégées

De nombreux facteurs individuels différencient ceux qui font des régimes de ceux qui n’en font pas. Dans plusieurs vastes études transversales [4][8][28]-[31], il a été démontré que l’estime de soi était un facteur marquant distinguant les adolescents adoptant des pratiques malsaines de contrôle de poids de ceux qui n’en adoptaient pas, même si leur indice de masse corporelle (IMC) était contrôlé. Selon ces mêmes études, d’autres caractéristiques positives, comme un sentiment de contrôle sur sa vie, des liens familiaux étroits, des modèles adultes positifs et une participation positive à l’école protègent les jeunes des régimes malsains. Comme il fallait s’y attendre, les études [32]-[36] révèlent aussi que des critiques des parents quant au poids de l’enfant, des pressions exercées pour qu’il se mette au régime et un modèle parental de régime s’associent à des taux de régimes plus élevés et à un risque accru de comportements extrêmes à l’égard des régimes.

L’insatisfaction corporelle et des pratiques malsaines de perte de poids sont plus courantes chez les adolescents souffrant d’une maladie chronique (diabète, asthme, trouble déficitaire de l’attention et épilepsie) [37][38]. Les jeunes qui présentent des symptômes psychiatriques marqués, notamment la dépression et l’anxiété, sont plus susceptibles d’adopter des pratiques alimentaires extrêmes [11][39]. Des antécédents de moqueries reliées au poids sont également prédicteurs d’une insatisfaction à l’égard du corps, de tentatives de perte de poids et d’anomalies alimentaires [24][40]. L’influence des pairs a également des répercussions, car les filles dont les copines valorisent la minceur et qui adoptent des stratégies malsaines de perte de poids sont elles aussi plus susceptibles d’adopter ce type de stratégies [16][41][42]. Un régime végétarien pendant l’adolescence s’associe à certains choix nutritionnels positifs, comme un apport plus élevé de fruits, de légumes et de fibres. Cependant, les filles végétariennes sont plus susceptibles de faire état d’un régime et de certains comportements alimentaires désordonnés, tels que l’autovomissement et le recours à des laxatifs. Pour certains adolescents, un régime végétarien peut accompagner des comportements d’alimentation malsaine [22][43]. Parmi les autres facteurs de risque repérés, soulignons la participation à des sports reliés au poids, tels que la danse et la gymnastique [44], et une puberté précoce [45].

Des études [4][18][31][46] démontrent que les adolescents qui s’adonnent à d’autres activités à risque, y compris la consommation de drogues, les relations sexuelles non protégées et les activités illégales, sont également plus susceptibles d’adopter des stratégies de perte de poids compromettantes pour la santé. Une étude prospective [47] indique également que les adolescentes qui se préoccupent de leur poids ou qui font des régimes sont plus susceptibles de se mettre à fumer. Ces données laissent supposer qu’une alimentation désordonnée à l’adolescence s’accompagne d’autres comportements compromettants pour la santé.

Les conséquences des régimes

Bien que les adolescents qui font des régimes puissent faire des choix positifs, les changements sont souvent temporaires. Il faut donc envisager les effets physiologiques et psychologiques néfastes possibles des régimes, notamment à la lumière des données probantes selon lesquelles les régimes sont peu susceptibles de réussir à assurer une perte de poids soutenue. La majorité des adolescents qui se mettent au régime le font sans séquelles apparentes, mais ils risquent peut-être des conséquences désagréables et peu de possibilités de bénéfice tangible. Malheureusement, peu d’études traitent des conséquences négatives éventuelles des régimes, parce qu’à l’adolescence, la plupart des régimes ne sont pas structurés et que les décisions sur les moyens de perdre du poids relèvent du hasard et sont souvent de courte durée. Plusieurs analyses [48][49] ont traité des conséquences des régimes, mais malheureusement, leurs conclusions concernent les adultes, qui ne subissent pas de changements physiques et psychologiques rapides.

Les conséquences physiques

Les régimes s’associent à des conséquences au potentiel négatif pour la santé. Des carences nutritionnelles, de fer et de calcium, notamment, peuvent poser des risques à court et à long terme. Chez les enfants et les adolescents en pleine croissance, une diminution même marginale de l’apport énergétique peut s’accompagner d’une décélération de la croissance [50]-[52]. Selon plusieurs études transversales [53]-[56], une alimentation désordonnée, même en l’absence de perte de poids substantielle, s’associe à une irrégularité menstruelle, y compris une aménorrhée secondaire. Le risque à long terme d’ostéopénie et d’ostéoporose chez les filles au régime, même en l’absence d’aménorrhée, est également fort inquiétant [54][57]. Les complications médicales de tout comportement purgatif, tel que l’autovomissement ou l’utilisation de laxatifs ou de diurétiques, sont bien établies, tout comme les risques reliés aux médicaments qui stimulent la perte de poids.

Les conséquences psychologiques

Les effets psychologiques à court et à long terme des régimes et des restrictions alimentaires sur les adolescents sont en grande partie inconnus. Des études [58] sur les adultes laissent supposer qu’un régime chronique s’associe à divers symptômes, y compris une préoccupation alimentaire, l’inattention, l’irritabilité, la lassitude, une tendance à trop manger et même une frénésie alimentaire. On ne sait pas si ces effets s’avèrent aussi chez les enfants et les jeunes, mais ces symptômes pourraient avoir de graves répercussions chez l’adolescent immature qui vit un rapide processus de développement social et psychologique. De nombreuses habitudes de vie se fixent à l’adolescence, et des modifications aux habitudes alimentaires des enfants et des adolescents pourraient se traduire par une alimentation dysfonctionnelle jusqu’à la fin de leurs jours.

Il est entendu que les adolescents ayant peu d’estime de soi sont plus susceptibles de se mettre au régime, souvent dans une tentative pour se sentir mieux s’ils réussissent à perdre du poids. Le processus des régimes peut empirer la situation et nuire encore plus à l’estime de soi du jeune, parce que pendant l’enfance et l’adolescence, l’estime de soi se définit en partie par des réussites et des échecs. Une étude [59] portait sur l’estime de soi d’enfants avant et après leur participation à un programme structuré de perte de poids et concluait qu’une diminution de l’estime de soi et de la perception se produisait. Par ailleurs, une étude chez des adolescents [60] révèle que la participation à un programme multidisciplinaire de perte de poids pour les adolescents obèses nuisait à l’estime de soi. Ces études étaient à petite échelle, et il est impossible d’en tirer des conclusions, mais on devrait envisager les répercussions négatives des régimes, notamment lorsqu’ils échouent, sur l’estime de soi d’un jeune. Il n’existe aucune donnée sur les répercussions des régimes autogérés sur l’estime de soi des jeunes.

L’une des questions les plus inquiétantes demeure le lien entre les régimes, l’alimentation désordonnée et les troubles de l’alimentation. Les régimes pendant l’adolescence représentent l’antécédent habituel d’anorexie nerveuse et de boulimie. Dans le cadre d’études prospectives [12][14], les régimes s’associaient à un risque de cinq à 18 fois plus élevé de troubles de l’alimentation. Cependant, on ne sait pas si les régimes causent ou suscitent la maladie ou s’ils représentent une première étape (prodrome) de la maladie. De plus, le lien entre les régimes et les frénésies alimentaires demeure controversé. En 2000, le National Task Force on the Prevention and Treatment of Obesity concluait que chez les adultes obèses ou faisant de l’embonpoint, les régimes ne s’associaient pas à des symptômes de troubles de l’alimentation, y compris les frénésies alimentaires [61]. L’analyse [61] portait principalement sur des adultes participant à un programme de perte de poids structuré et ne traitait pas du recours généralisé aux régimes autogérés ou aux répercussions des régimes chez les enfants et les adolescents. Plusieurs autres études [10][46][62] documentent le risque de frénésie alimentaire chez les adolescents au régime, et une analyse [58] des conséquences psychologiques de la privation alimentaire chez les adultes révélait une tendance à trop manger et même à avoir des frénésies alimentaires.

Enfin, on craint de plus en plus que les régimes chez les préadolescents et les adolescents aient l’effet paradoxal d’entraîner un gain de poids excessif dans le temps [60][63]. Dans le cadre d’un récente étude à vaste échelle [63] portant sur plus de 15 000 enfants (de neuf à 14 ans) suivis pendant trois ans, on a observé que les enfants au régime prenaient beaucoup plus de poids que les sujets témoins appariés qui n’en faisaient pas. Les auteurs ont conclu qu’au sein de ce groupe d’âge, les régimes autogérés étaient non seulement inefficaces, mais qu’ils pouvaient favoriser la prise de poids.

Sommaire et recommandations aux cliniciens

L’insatisfaction par rapport au poids est fréquente chez les adolescents d’Amérique du Nord. Les comportements de contrôle du poids sont monnaie courante. Il en existe toute une gamme, de « sain » à potentiellement dangereux. Les principaux facteurs de risque de contrôle malsain du poids sont une insatisfaction par rapport au poids, l’obésité et une mauvaise estime de soi. Les jeunes qui adoptent des régimes malsains sont vulnérables à d’autres comportements compromettant la santé, y compris la consommation de drogues, le tabagisme et les relations sexuelles non protégées. La plupart des régimes chez les adolescents ne s’associent pas à des conséquences négatives, mais il faut tenir compte des séquelles physiques et psychologiques, y compris les troubles de l’alimentation, les frénésies alimentaires et une mauvaise estime de soi. Les adolescents au régime risquent de prendre trop de poids au fil du temps.

Les recommandations de la Société canadienne de pédiatrie s’énoncent comme suit :

  • Chez les adolescents d’un poids normal ou faisant de l’embonpoint, favorisez une alimentation conforme au guide alimentaire canadien pour manger sainement [64]. Déconseillez les régimes chocs, le jeûne, le fait de sauter des repas et l’ajout de suppléments alimentaires pour perdre du poids. Conseillez aux adolescents d’être critiques de toute proposition de perdre du poids qui vise à leur vendre quelque chose, qu’il s’agisse de comprimés, d’injections de vitamines ou de substituts de repas.
  • Chez les adolescents d’un poids normal ou faisant de l’embonpoint, favorisez l’activité selon l’âge conformément aux lignes directrices d’une vie active saine [65]. Apprenez aux adolescents qu’il existe diverses raisons de faire de l’exercice, et qu’elles ne se limitent pas au contrôle du poids.
  • Étant donné la prévalence élevée de comportements reliés à des régimes chez les adolescentes, le dépistage devrait s’intégrer aux soins de santé systématiques. Ce dépistage peut aisément être incorporé à l’entrevue souvent utilisée pour les adolescents, qui tient compte du domicile, de l’éducation, des activités, des drogues, des régimes, de l’innocuité, de la sexualité et du suicide et de la dépression (entrevue HEADDSSS) [66].
  • Les adolescents qui s’inquiètent de leur poids ou de leur silhouette devraient être informés de la différence entre un « poids santé » et un « poids désirable d’un point de vue esthétique ». Pour les adolescents, ces deux types de poids peuvent différer énormément, car de nombreux adolescents veulent être plus minces qu’ils en ont besoin pour rester en bonne santé. Les jeunes devraient être incités à accepter un poids réaliste. Le calcul de l’IMC comparé aux courbes percentiles d’IMC constitue le moyen le plus efficace d’évaluer si le poids de l’adolescent se situe dans une fourchette saine [67].
  • Les cliniciens devraient savoir que bien des tentatives pour perdre du poids chez les adolescents ne sont ni nécessaires ni justifiées pour une meilleure santé et qu’elles reflètent peut-être d’autres problèmes dans la vie de l’adolescent, tels qu’une mauvaise estime de soi, des moqueries reliées au poids, des pressions familiales pour atteindre un certain idéal ou une maladie psychiatrique grave comme un trouble de l’alimentation. Pour de nombreux adolescents au régime, le poids n’explique pas vraiment ces comportements.
  • Dans le cas des adolescents qui adoptent des pratiques de perte de poids plus rigoureuses, le dépistage de troubles de l’alimentation devrait être effectué rapidement, et des aiguillages rapides devraient être prescrits en vue d’une évaluation [68][69].
  • Il faut informer les adolescents au régime des risques pour la santé de l’autovomissement, de l’usage de diurétiques et de laxatifs, d’agents amaigrissants et de régimes.
  • Il existe peu de données sur les interventions efficaces auprès des adolescents obèses, mais les évaluations et les interventions devraient être prescrites conformément aux lignes directrices corroborées par des faits probants et par des lignes directrices des meilleures pratiques [70][71][72]. Rien n’indique que les programmes commerciaux de perte de poids soient sûrs ou efficaces pour les enfants ou les adolescents. Lorsque c’est possible, une orientation vers un programme multidisciplinaire sur l’obésité pédiatrique pourrait être bénéfique.

Remerciements

Les auteurs remercient le comité de nutrition de la Société canadienne de pédiatrie pour avoir révisé le document.

COMITÉ DE SANTÉ DE L’ADOLESCENCE

Membres : Jean-Yves Frappier MD (coprésident); Eudice Goldberg MD (coprésident); Doug McMillan MD (représentant du conseil); Koravangattu Sankaran MD (représentant du conseil); Sheri M. Findlay MD;  Jorge L Pinzon MD; Danielle Taddeo MD
Représentante : Karen Mary Leslie MD
Auteure principale : Sheri M Findlay MD

Références

  1. Morris AM, Katzman DK. The impact of the media on eating disorders in children and adolescents. Paediatr Child Health 2003;8:287-9.
  2. Jones JM, Bennett S, Olmsted MP, Lawson ML, Rodin G. Disordered eating attitudes and behaviours in teenaged girls: A school-based study. CMAJ 2001;165:547-52.
  3. Schur EA, Sanders M, Steiner H. Body dissatisfaction and dieting in young children. Int J Eat Disord 2000;27:74-82.
  4. McCreary Centre Society. Mirror Images: Weight Issues among BC outh. Adolescent Health Survey II Fact Sheet 1998. http://www.mcs.bc.ca/pdf/weight.pdf (version à jour le 4 août 2004).
  5. Maloney MJ, McGuire J, Daniels SR, Specker B. Dieting behavior and eating attitudes in children. Pediatrics 1989;84:482-9. Erratum in: 1999;85:814.
  6. Middleman AB, Vazquez I, Durant RH. Eating patterns, physical activity and attempts to change weight among adolescents. J Adolesc Health 1998;22:37-42.
  7. Neumark-Sztainer D, Story M, Hannan PJ, Perry CL, Irving LM. Weight-related concerns and behaviors among overweight and non-overweight adolescents: Implications for preventing weight-related disorders Arch Pediatr Adolesc Med 2002;156:171-8.
  8. Croll J, Neumark-Sztainer D, Story M, Ireland M. Prevalence and risk and protective factors related to disordered eating behaviors among adolescents: Relationship to gender and ethnicity. J Adolesc Health 2002;31:166-75.
  9. Krowchuk DP, Kreiter SR, Woods CR, Sinal SH, DuRant RH. Problem dieting behaviors among young adolescents. Arch Pediatr Adolesc Med 1998;152:884-8.
  10. Story M, Rosenwinkel K, Himes JH, Resnick M, Harris LJ, Blum RW. Demographic and risk factors associated with chronic dieting in adolescents. Am J Dis Child 1991;145:994-8.
  11. Patton GC, Carlin JB, Shao Q et coll. Adolescent dieting: Healthy weight control or borderline eating disorder? J Child Psychol Psychiatry 1997;38:299-306.
  12. Patton GC, Selzer R, Coffey C, Carlin JB, Wolfe R. Onset of adolescent eating disorders: Population based cohort study over 3 years. BMJ 1999;318:765-8.
  13. Grigg M, Bowman J, Redman S. Disordered eating and unhealthy weight reduction practices among adolescent females. Prev Med 1996;25:748-56.
  14. Patton GC, Johnson-Sabine E, Wood K, Mann AH, Wakeling A. Abnormal eating attitudes in London school girls – a prospective epidemiological study: Outcome at twelve month follow-up. Psychol Med 1990;20:383-94.
  15. Daee A, Robinson P, Lawson M, Turpin JA, Gregory B, Tobias JD. Psychologic and physiologic effects of dieting in adolescents. South Med J 2002;95:1032-41.
  16. Wertheim EH, Paxton SJ, Schutz HK, Muir SL. Why do adolescent girls watch their weight? An interview study examining sociocultural pressures to be thin. J Psychosom Res 1997;42:345-55.
  17. Neumark-Sztainer D, Jeffery RW, French SA. Self-reported dieting: How should we ask? What does it mean? Associations between dieting and reported energy intake. Int J Eat Disord 1997;22:437-49.
  18. Neumark-Sztainer D, Story M, Dixon LB, Murray DM. Adolescents engaging in unhealthy weight control behaviours: Are they at risk for other health-compromising behaviors? Am J Public Health 1998;88:952-5.
  19. Neumark-Sztainer D, Story M, French SA. Covariations of unhealthy weight loss behaviors and other high-risk behaviors among adolescents. Arch Pediatr Adolesc Med 1996;150:304-8.
  20. Boutelle K, Neumark-Sztainer D, Story M, Resnick M. Weight control behaviors among obese, overweight, and non-overweight adolescents. J Pediatr Psychol 2002;27:531-40.
  21. Neumark-Sztainer D, Story M, Falkner NH, Beuhring T, Resnick MD. Sociodemographic and personal characteristics of adolescents engaged in weight loss and weight/muscle gain behaviors: Who is doing what? Prev Med 1999;28:40-50.
  22. Neumark-Sztainer D, Story M, Resnick MD, Blum RW. Lessons learned about adolescent nutrition from the Minnesota Adolescent Health Survey. J Am Diet Assoc 1998;98:1449-56.
  23. French SA, Story M, Neumark-Sztainer D, Downes B, Resnick M, Blum R. Ethnic differences in psychosocial and health behaviour correlates of dieting, purging and binge eating in a population-based sample of adolescent females. Int J Eat Disord 1997;22:315-22.
  24. Van den Berg P, Wertheim EH, Thompson JK, Paston SJ. Development of body image, eating disturbance and general psychological functioning in adolescent females: A replication using covariance structure modeling in an Australian sample. Int J Eat Disord 2002;32:46-51.
  25. Barker M, Robinson S, Wilman C, Barker DJ. Behaviour, body composition and diet in adolescent girls. Appetite 2000;35:161-70.
  26. Gruber AJ, Pope HG Jr, Lalonde JK, Hudson JI. Why do young women diet? The roles of body fat, body perception, and body ideal. J Clin Psychiatry 2001;62:609-11.
  27. Tremblay MS, Willms JD. Secular trends in the body mass index of Canadian children. CMAJ 2000;163:1429-33. Erratum in: 2001;164:970.
  28. Pesa J. Psychosocial factors associated with dieting behaviours among female adolescents. J Sch Health 1999;69:196-201.
  29. French SA, Leffert N, Story M, Neumark-Sztainer D, Hannan P, Benson PL. Adolescent binge/purge and weight loss behaviors: Associations with developmental assets. J Adolesc Health 2001;28:211-21.
  30. Hill AJ, Pallin V. Dieting awareness and low self-worth: Related issues in 8-year-old girls. Int J Eat Disord 1998;24:405-13.
  31. Fisher M, Schneider M, Pegler C, Napolitano B. Eating attitudes, health-risk behaviours, self-esteem, and anxiety among adolescent females in a suburban high school. J Adolesc Health 1991;12:377-84.
  32. Paxton SJ, Wertheim EH, Pilawski A, Durkin S, Holt T. Evaluations of dieting prevention messages by adolescent girls. Prev Med 2002;35:474-91.
  33. Dixon R, Adair V, O’Connor S. Parental influences on the dieting beliefs and behaviors of adolescent females in New Zealand. J Adolesc Health 1996;19:303-7.
  34. Byely L, Archibald AB, Graber J, Brooks-Gunn J. A prospective study of familial and social influences on girls’ body image and dieting. Int J Eat Disord 2000;28:155-64.
  35. Baker CW, Whisman MA, Brownell KD. Studying intergenerational transmission of eating attitudes and behaviors: Methodological and conceptual questions. Health Psychology 2000;19:376-81.
  36. Smolak L, Levine MP, Schermer F. Parental input and weight concerns among elementary school children. Int J Eat Disord 1999;25:263-71.
  37. Neumark-Sztainer D, Story M, Falkner NH, Beuhring T, Resnick MD. Disordered eating among adolescents with chronic illness and disability: The role of family and other social factors. Arch Pediatr Adol Med 1998;152:871-8.
  38. Neumark-Sztainer D, Story M, Resnick MD, Garwick A, Blum RW. Body dissatisfaction and unhealthy weight-control practices among adolescents with and without chronic illness: A population-based study. Arch Pediatr Adolesc Med 1995;149:1330-5.
  39. Johnson JG, Cohen P, Kotler L, Kasen S, Brook JS. Psychiatric disorders associated with risk for the development of eating disorders during adolescence and early adulthood. J Consult Clin Psychol 2002;70:1119-38.
  40. Neumark-Sztainer D, Falkner N, Story M, Perry C, Hannan PJ, Mulert S. Weight-teasing among adolescents: Correlations with weight status and disordered eating behaviors. Int J Obes Relat Metab Disord 2002;26:123-31.
  41. Dunkley TL, Wertheim EH, Paxton SJ. Examination of a model of multiple sociocultural influences on adolescent girls’ body dissatisfaction and dietary restraint. Adolescence 2001;36:265-79.
  42. Paxton SJ, Schutz HK, Wertheim EH. Muir SL. Friendship clique and peer influences on body image concerns, dietary restraint, extreme weight-loss behaviors, and binge eating in adolescent girls. J Abnorm Psychol 1999;108:255-66.
  43. Gilbody SM, Kirk SF, Hill AJ. Vegetarianism in young women: Another means of weight control? Int J Eat Disord 2000;26:87-90.
  44. Sherwood NE, Neumark-Sztainer D, Story M, Beuhring T, Resnick MD. Weight-related sports involvement in girls: Who is at risk for disordered eating? Am J Health Promo 2002;16:341-4, ii.
  45. Koff E, Rierdan J. Advanced pubertal development and eating disturbance in early adolescent girls. J Adolesc Health 1993;14:433-9.
  46. French SA, Story M, Downes B, Resnick MD, Blum RW. Frequent dieting among adolescents: Psychosocial and health behavior correlates. Am J Public Health 1995;85:695-701.
  47. French SA, Perry CL, Leon GR, Fulkerson JA. Weight concerns, dieting behavior, and smoking initiation among adolescents: A prospective study. Am J Public Health 1994;84:1818-20.
  48. French SA, Jeffery RW. Consequences of dieting to lose weight: Effects on physical and mental health. Health Psychol 1994;13:195-212.
  49. Howard CE, Porzelius LK. The role of dieting in binge eating disorder: Etiology and treatment implications. Clin Psychol Rev 1999;19:25-44.
  50. Lifshitz F, Moses N, Cervantes C, Ginsberg L. Nutritional dwarfing in adolescents. Semin Adolesc Med 1987;3:255-66.
  51. Pugliese M, Lifshitz F, Grad G, Fort P, Marks-Katz M. Fear of obesity. A cause of short stature and delayed puberty. N Engl J Med 1983;309:513-8.
  52. Dietz WH Jr, Hartung R. Changes in height velocity of obese preadolescents during weight reduction. Am J Dis Child 1985;139:705-7.
  53. Selzer R, Caust J, Hibbert M, Bowes G, Patton G. The association between secondary amenorrhea and common eating disordered weight control practices in an adolescent population. J Adolesc Health 1996;19:56-61.
  54. Kriepe RE, Forbes GB. Osteoporosis: A new morbidity for dieting female adolescence? Pediatrics 1990;86:478-80.
  55. Johnson J, Whitaker AH. Adolescent smoking, weight changes, and binge-purge behavior: Associations with secondary amenorrhea. Am J Public Health 1992;82:47-54.
  56. Kreipe RE, Strauss J, Hodgman CH, Ryan RM. Menstrual cycle abnormalities and subclinical eating disorders: A preliminary report. Psychosom Med 1989;51:81-6.
  57. Turner JM, Bulsara MK, McDermott BM, Byrne GC, Prince RL, Forbes DA. Predictors of low bone density in young adolescent females with anorexia nervosa and other dieting disorders. Int J Eat Disord 2001;30:245-51.
  58. Polivy J. Psychological consequences of food restriction. J Am Diet Assoc 1996;96:589-92.
  59. Cameron JW. Self-esteem changes in children enrolled in weight management programs. Issues Compr Pediatr Nurs 1999;22:75-85.
  60. Stice E, Cameron RP, Killen JD, Hayward C, Taylor CB. Naturalistic weight-reduction efforts prospectively predict growth in relative weight and onset of obesity among female adolescents. J Consult Clin Psychol 1999;67:967-74.
  61. National Task Force on the Prevention and Treatment of Obesity. Dieting and the development of eating disorders in overweight and obese adults. Arch Intern Med 2000;160:2581-9.
  62. Neumark-Sztainer D, Butler R, Palti H. Dieting and binge eating: Which dieters are at risk? J Am Diet Assoc 1995;95:586-9.
  63. Field AE, Austin SB, Taylor CB et coll. Relation between dieting and weight change among preadolescents and adolescents. Pediatrics 2003;112:900-6.
  64. Le guide alimentaire canadien pour manger sainement.
  65. Société canadienne de pédiatrie, comité d’une vie active saine. Une vie active saine pour les enfants et les adolescents. Paediatr Child Health 2002;7:351-8.
  66. Sacks D, Westwood M. An approach to interviewing adolescents. Paediatr Child Health 2003;8:554-6.
  67. Société canadienne de pédiatrie, comité de nutrition. L’utilisation des courbes de croissance pour évaluer et surveiller la croissance des nourrissons et des enfants canadiens : Un résumé. Paediatr Child Health 2004;9:181-4.
  68. Westwood M, Baltzer F. Eating disorders and the practicing physician. Paediatr Child Health 2002;7:313-4.
  69. Société canadienne de pédiatrie, comité de médecine de l’adolescence. Les troubles de l’alimentation chez les adolescents : Les principes de diagnostic et de traitement. Paediatr Child Health 1998;3:193-6.
  70. Barlow SE, Dietz WH. Obesity evaluation and treatment: Expert committee recommendations. Pediatrics 1998;102:e29.
  71. Berall GB. Obesity: A crisis of growing proportions. Paediatr Child Health 2002;7:325-8.
  72. Brown WM, Sibille K, Phelps L, McFarlane KJ. Obesity in children and adolescents. Clin Fam Practice 2002;3:603-21.

Avertissement : Les recommandations du présent document de principes ne constituent pas une démarche ou un mode de traitement exclusif. Des variations tenant compte de la situation du patient peuvent se révéler pertinentes. Les adresses Internet sont à jour au moment de la publication.