Passer au contenu
Canadian Paediatric Society

Les diététistes et les pédiatres incitent les parents à faire preuve de prudence en ce qui concerne les boissons à base de plantes

le 7 novembre 2017

Les diététistes en santé publique s’inquiètent du nombre grandissant de parents qui servent des boissons à base de plantes (p. ex., boissons à base de riz, de noix de coco, d’amandes, de chanvre, de pommes de terre, etc.) à leurs nourrissons et à leurs jeunes enfants. À la suite de la publication de rapports faisant état de cas de malnutrition et d’un décès chez des nourrissons et de jeunes enfants à qui l’on avait principalement donné des boissons à base de plantes, Les diététistes du Canada s’associent à la Société canadienne de pédiatrie pour exhorter les parents à choisir avec soin les boissons qu’ils offrent à leurs enfants.

« Ce qui rend la tâche des parents difficile, ce sont les messages contradictoires. Ils lisent dans les médias sociaux que ces boissons sont considérées comme "plus santé" ou entendent des renseignements erronés sur le lait de vache ou les boissons de soya enrichies, indique Becky Blair, diététiste en santé publique et porte-parole des Diététistes du Canada. La raison pour laquelle les enfants peuvent atteindre un état de malnutrition est que ces boissons contiennent très peu de protéines, en plus d’être très pauvres en gras et en calories. »

Les recommandations actuelles sont d’offrir chaque jour aux enfants de deux à huit ans qui ne sont pas allaités au sein deux tasses de lait de vache ou de boisson de soya enrichie pour répondre à leurs besoins en protéines, en calcium et en vitamine D. Au Canada, le lait de vache entier homogénéisé (3,25 % M.G.) est recommandé jusqu’à l’âge de deux ans.

« Dans bien des cas, les parents ne réalisent pas que certaines boissons à base de plantes ne sont pas enrichies de minéraux ou de vitamines; ces produits ont une faible teneur en nutriments, à l’exception des glucides. En fait, le sucre est souvent le deuxième ingrédient de ces boissons après l’eau, affirme Catherine Pound, pédiatre et porte-parole de la Société canadienne de pédiatrie. En présence d’allergies ou d’autres inquiétudes, je conseille aux parents de discuter avec une ou un diététiste pour s’assurer que tous les besoins en nutriments, y compris en protéines, en gras et en calories, sont comblés par une alimentation adaptée à l’âge de l’enfant. »

Faits en bref :

  • L’allaitement, de façon exclusive pendant les six premiers mois et en combinaison avec une alimentation complémentaire adéquate jusqu’à l’âge de deux ans et plus, est important pour la nutrition, la protection immunologique, la croissance et le développement des nourrissons et des tout-petits.
    • Les boissons à base de soya, de riz ou d’autres plantes, qu’elles soient enrichies ou non, ne peuvent remplacer le lait de vache durant les deux premières années de vie.
    • Dans les cas où la mère ne peut pas pratiquer l'allaitement exclusif, il faut offrir du soutien aux parents ou dispensateurs de soins pour s'assurer du bien-être nutritionnel du nourrisson.
    • Les préparations commerciales pour nourrissons représentent parfois le meilleur choix pratique lorsqu'un bébé ne peut pas être allaité exclusivement par sa mère
    • Le lait de vache n’est pas recommandé avant 9 à 12 mois.
  • Les jeunes enfants (âgés de deux à huit ans) nécessitent de 13 à 19 grammes de protéines par jour.
    • Deux tasses de lait de vache (16 grammes de protéines) ou deux tasses de boisson de soya enrichie (13 grammes de protéines) permettent, à peu de choses près, de répondre à ce besoin.
    • Les boissons à base d’amandes, de noix de coco ou de riz renferment peu de protéines ou n’en contiennent pas du tout. Ainsi, pour combler leurs besoins en protéines, les enfants qui consomment ces boissons devraient manger deux portions pour enfant de viande (30 à 45 grammes) ou deux portions de lentilles (d’une demi-tasse chacune).
    • Les boissons aux amandes ne contiennent qu’environ quatre amandes par tasse.
  • Boire de trop grandes quantités de boissons à faible teneur en nutriments, autres que de l’eau, peut donner une impression de satiété et inciter les enfants à moins manger.
  • Mis à part les boissons de soya enrichies, les boissons à base de plantes, qu’elles soient vendues dans la section des produits laitiers de l’allée réfrigérée de l’épicerie ou dans des contenants pouvant être conservés à la température ambiante, ne sont pas des choix appropriés en tant que principale boisson pour les jeunes enfants. En effet, elles ne procurent pas les nutriments dont les enfants qui consomment uniquement de petites portions d’aliments riches en protéines ont besoin.
  • Les parents qui désirent offrir à leurs nourrissons et à leurs enfants des boissons à base de plantes comme boissons principales devraient parler à une ou un diététiste pour s’assurer que les besoins en nutriments des enfants, y compris ceux en protéines et en gras, sont comblés par une alimentation adaptée à leur âge.

L’équipe de PEN (Pratique en nutrition reposant sur des données probantes) a récemment qualifié les inquiétudes relatives aux boissons à base de plantes chez les nourrissons et les enfants de « Sujet chaud » dans un article rédigé par Tanis Fenton, Ph. D., R.D., FDC et révisé par Becky Blair, M. Sc., R.D.; Gerry Kasten, M. Sc., R.D., FDC; Dawna Royall, M. Sc., R.D., FDC et Kerri Staden, B. Sc., R.D.

À propos de Les diététistes du Canada

Les diététistes du Canada sont l'association professionnelle nationale des diététistes qui représente près de 6 000 membres aux niveaux local, provincial et national. 

À propos de la SCP

La Société canadienne de pédiatrie est une association nationale de défense d’intérêts qui prône les besoins de santé des enfants et des adolescents. Fondée en 1922, elle représente plus de 3 000 pédiatres, pédiatres surspécialisés et autres professionnels de la santé des enfants au Canada.

Mise à jour : le 7 novembre 2017