Passer au contenu
Canadian Paediatric Society

Les pédiatres exhortent les enfants et les adolescents à bouger

le 27 avril 2012

OTTAWA — Les médecins devraient conseiller aux familles canadiennes de réduire les comportements sédentaires des enfants, comme regarder la télévision ou s’asseoir à l’ordinateur, et d’accroître leurs activités physiques, affirme la Société canadienne de pédiatrie dans un document de principes publié aujourd’hui.

« On commence à voir des enfants qui ont des problèmes de santé et d’obésité avant même de commencer l’école », explique la docteure Claire LeBlanc, présidente du comité d’une vie active saine et de la médecine sportive de la SCP et coauteure du document. « Les parents et les personnes qui s’occupent d’enfants doivent intégrer des activités physiques adaptées à l’âge aux journées des enfants dès leur plus jeune âge. »

Depuis 25 ans, le taux d’obésité a presque triplé chez les enfants et les adolescents. Jusqu’à 26 % des enfants de deux à 17 ans sont désormais obèses ou font de l’embonpoint, et ce pourcentage passe à 41 % chez les enfants autochtones. À mesure qu’ils vieillissent, les enfants passent de plus en plus de temps à être inactifs. Les jeunes de six à 19 ans consacrent près de neuf heures par jour à des comportements sédentaires pendant leurs heures d’éveil.

La SCP recommande que les enfants de un à quatre ans consacrent au moins 180 minutes par jour à faire de l’activité physique d’intensités variées, y compris des activités structurées et non structurées (jeux libres). Les enfants plus âgés et les adolescents devraient accumuler au moins 60 minutes d’activité physique modérée à intense chaque jour, y compris des activités vigoureuses et des activités de renforcement musculaire et osseux au moins trois fois par semaine.

Ces recommandations respectent les Directives canadiennes en matière d’activité physique et de comportement sédentaire pour la petite enfance, publiées plus tôt aujourd’hui par la Société canadienne de physiologie de l’exercice et ParticipACTION.

« Les parents ne sont pas les seuls à devoir promouvoir des modes de vie sains et actifs chez les enfants et les adolescents, ajoute la docteure LeBlanc, qui est pédiatre à L’Hôpital de Montréal pour enfants. La société doit faire de l’activité physique une priorité pour les enfants, car nous avons tous un rôle à jouer, y compris les équipes soignantes, les gouvernements, les écoles, les établissements et les décideurs de tous les échelons. »

Parmi les recommandations de la SCP, soulignons les suivantes :

  • Les médecins devraient s’informer de l’activité physique et des comportements sédentaires et aider les familles à trouver plus de moyens d’être actifs.
  • Les familles devraient réduire le nombre d’heures par jour consacrées à des activités sédentaires et tenir les téléviseurs, les jeux vidéo, les téléphones cellulaires et les ordinateurs hors de la chambre à coucher des enfants.
  • Les réseaux télévisés devraient éliminer les publicités qui font la promotion d’aliments malsains et de comportements sédentaires pendant les émissions pour enfants.
  • Les gouvernements et les collectivités devraient créer plus de programmes sportifs et récréatifs accessibles et abordables après les heures d’école dans les établissements locaux.
  • Les écoles devraient enseigner les bienfaits de l’activité physique et rendre l’éducation physique quotidienne obligatoire à tous les degrés.
  • Les collectivités devraient entretenir des installations récréatives, des parcs, des terrains de jeux, des pistes cyclables, des trottoirs et des passages piétonniers sécuritaires.

Pour accéder au document de principes complet, consultez Une vie saine et active : des directives en matière d’activité physique chez les enfants et les adolescents.

À propos de la SCP

La Société canadienne de pédiatrie est une association nationale de défense d’intérêts qui prône les besoins de santé des enfants et des adolescents. Fondée en 1922, elle représente plus de 3 000 pédiatres, pédiatres surspécialisés et autres professionnels de la santé des enfants au Canada.

Mise à jour : le 5 octobre 2012