Passer au contenu
Canadian Paediatric Society

De nouvelles données montrent qu’il faut en faire plus pour protéger les enfants diabétiques à l’école

le 16 novembre 2017

OTTAWA – Près du tiers des parents ontariens ne sont pas sûrs que le personnel scolaire est capable de garder leurs enfants atteints du diabète de type 1 en sécurité, selon de nouvelles données publiées aujourd’hui par la Société canadienne de pédiatrie (SCP), le Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario (CHEO) et l’Hospital for Sick Children (SickKids).

Les résultats préliminaires d’un sondage auprès de parents ontariens d’enfants d’âge scolaire atteints du diabète de type 1 montrent que :

  • plus de la moitié des enfants d’âge scolaire atteints du diabète de type 1 n’ont pas de plan de soins personnalisé;
  • 21 % des parents réduisent la dose d’insuline de leur enfant au moins une fois par semaine parce qu’ils craignent une hypoglycémie (baisse du taux de glucose dans le sang) à l’école;
  • près de 13 % des parents se rendent à l’école de leur enfant au moins une fois par semaine pour surveiller ses soins.

Au Canada, environ 30 000 enfants d’âge scolaire (dont environ 7 000 en Ontario) sont atteints du diabète de type 1, une maladie chronique dans laquelle le pancréas cesse de produire de l’insuline. Le groupe chez qui le taux de nouveaux diagnostics augmente le plus rapidement est celui des enfants de moins de cinq ans. Comme on estime à 1 sur 300 le nombre d’enfants actuellement atteints, il est probable que chaque école compte au moins un cas.

« La prise en charge du diabète de type 1 est une tâche de tous les instants – il faut vérifier sa glycémie, s’administrer de l’insuline, planifier les repas et surveiller son alimentation et l’effet de l’activité physique sur sa glycémie, explique la docteure Sarah Lawrence, chef de la Clinique d’endocrinologie du CHEO. Puisque les enfants passent de 30 à 35 heures par semaine à l’école, il est impératif que le personnel soit formé et outillé pour accompagner les enfants, et disposé à le faire. »

Afin que le personnel scolaire soit adéquatement formé, la SCP, Diabète Canada et le Groupe canadien d’endocrinologie pédiatrique (GCEP) ont créé une série de nouvelles vidéos éducatives dans le cadre de l’initiative Le diabète @ l’école. Lancée l’an dernier, cette initiative vise à ce que le personnel et la direction des écoles aient la formation et les ressources nécessaires pour accompagner les élèves atteints du diabète de type 1.

« Ces vidéos aideront à réduire les obstacles qui peuvent empêcher l’intégration complète et sécuritaire des élèves atteints du diabète de type 1, indique le docteur Mike Dickinson, président de la Société canadienne de pédiatrie. Le diabète @ l’école donne des ressources cohérentes fondées sur des données probantes, qui sont essentielles pour que le personnel scolaire se sente sûr de lui-même et bien outillé pour accompagner les élèves. »

En octobre, le ministère de l’Éducation de l’Ontario a publié une note Politique/Programmes qui exigera que tous les conseils scolaires s’assurent que les élèves atteints d’affections comme le diabète aient un plan de soins. La SCP et d’autres défenseurs des personnes diabétiques recommandent instamment au Ministère de demander aux écoles de désigner des membres de leur personnel pour aider dans des aspects précis de la prise en charge quotidienne et en cas d’urgence.

-30-

 

Liens connexes

À propos de la SCP

La Société canadienne de pédiatrie est une association nationale de défense d’intérêts qui prône les besoins de santé des enfants et des adolescents. Fondée en 1922, elle représente plus de 3 000 pédiatres, pédiatres surspécialisés et autres professionnels de la santé des enfants au Canada.

 

Mise à jour : le 16 novembre 2017