Passer au contenu
Canadian Paediatric Society

Document de principes

La prévention des blessures non intentionnelles chez les enfants et adolescents autochtones au Canada

Affichage : le 7 septembre 2012 | Reconduit :le 30 janvier 2017


The Canadian Paediatric Society gives permission to print single copies of this document from our website. For permission to reprint or reproduce multiple copies, please see our copyright policy.

Auteur(s) principal(aux)

Anna Banerji; Société canadienne de pédiatrie, Comité de la santé des Premières nations, des Inuits et des Métis

Version abrégée : Paediatr Child Health 2012;17(7):394

Résumé

 

Les blessures non intentionnelles sont la principale cause de décès chez les enfants et adolescents autochtones canadiens, à un taux de trois à quatre fois la moyenne nationale. Non seulement les décès et les blessures invalidantes dévastent les familles et les communautés, mais elles font également d’énormes ravages sur les ressources de santé. L’absence de statistiques, de surveillance continue ou de programmes de prévention des blessures à l’égard des enfants et adolescents autochtones exacerbe les coûts en matière de main-d’œuvre et de santé. Les communautés autochtones sont hétérogènes sur le plan culturel, qu’il s’agisse de l’accès aux ressources ou même des risques et des types de blessures. Pourtant, en général, ces communautés sont beaucoup plus susceptibles d’être pauvres, d’habiter dans un logement insalubre et d’éprouver de la difficulté à accéder aux soins de santé, des facteurs qui accroissent le risque et les conséquences des blessures. Il existe un besoin urgent de surveillance des blessures, de recherche, de renforcement des capacités, de diffusion des connaissances et de programmes de prévention des blessures qui sont axés sur les populations autochtones. Pour prévenir les blessures de manière efficace, il faut adopter des démarches multidisciplinaires, coopératives et durables, fondées sur des pratiques exemplaires, tout en étant spécifiques et sensibles sur le plan culturel et linguistique.

Mots clés : Death; Determinants of health; Disability; Indigenous; Injury; Injury prevention; Surveillance

Les blessures sont la principale cause de décès chez les enfants canadiens [1]-[3]. Toutefois, chez les enfants et adolescents autochtones, le taux de blessures est disproportionné et demeure la principale cause d’années potentielles de vie perdues (APVP) [4].

Environ 1,2 million de personnes, ou 5 % de la population canadienne, se disent Autochtones [5], c’est-à-dire qu’ils sont Inuits, Métis ou des Premières nations. Même si les données sur les blessures et la prévention des blessures (PB) chez les enfants et adolescents inuits et métis sont extrêmement limitées, une tendance est claire : le taux de mortalité attribuable à des blessures a diminué à la fois dans la population pédiatrique autochtone et générale depuis quelques décennies, tandis que les risques relatifs rajustés demeurent beaucoup plus élevés chez les enfants et adolescents autochtones, et ce, dans toutes les catégories de blessures [6].

Les enfants et les adolescents des communautés éloignées ont souvent un accès limité aux soins de santé ou sont moins susceptibles de se faire soigner pour des blessures. Ces facteurs faussent la véritable estimation des taux de blessure chez les enfants et adolescents autochtones. Au Canada, il n’existe pas de système pour attester les types de blessure au sein des populations autochtones, et encore moins chez les enfants et adolescents autochtones.

La mortalité

On évalue que le taux moyen de décès non intentionnels chez les enfants et adolescents autochtones est de trois à quatre fois plus élevé que chez les autres enfants du Canada [1]-[3], sans compter les variantes régionales. Les peuples des Premières nations du Manitoba, de la Saskatchewan et de la Colombie-Britannique présenteraient un taux de décès 6,5 fois plus élevé que celui de la population générale, et dans certains peuples, des taux de blessures particuliers sont jusqu’à 22 fois plus élevés que la moyenne canadienne [1][6][8]. Ainsi, dans les peuples des Premières nations, 26 % de tous les décès sont causés par des blessures, par rapport à seulement 6 % dans la population canadienne. D’après un rapport de l’Enquête régionale longitudinale sur la santé des Premières nations, le taux de décès attribuables à des blessures non intentionnelles est quatre fois plus élevé chez les nourrissons, cinq fois plus élevé chez les enfants d’âge préscolaire et trois fois plus élevé chez les adolescents que les moyennes de la population générale canadienne dans les mêmes groupes d’âge [9]. Puisque les jeunes sont plus susceptibles d’être victimes de blessures, les répercussions sont disproportionnées dans les communautés autochtones, où la population est statistiquement plus jeune [10]. Les blessures sont la principale cause d’APVP dans les peuples des Premières nations [4], ce qui représente plus d’APVP que toutes les autres causes de décès combinées, soit environ 4,5 fois la moyenne canadienne [7][11].

Les incendies et les collisions automobiles sont les principales causes de décès attribuables à des blessures chez les enfants de moins de dix ans, les collisions automobiles et les noyades étant responsables du plus grand nombre de décès chez les enfants et adolescents de dix à 19 ans [12]. Les blessures (intentionnelles ou non) étaient la principale cause de décès chez les enfants et adolescents métis du Manitoba (de un à 19 ans), représentant 71,6 % des décès totaux, par rapport à 63,1 % chez les autres enfants manitobains [13].

La morbidité

Le taux disproportionné de blessures dans les peuples autochtones a des conséquences dévastatrices à court et à long terme pour les enfants et les adolescents touchés, leur famille et la communauté. En général, les enfants et adolescents des Premières nations subissent le même type de blessures que leurs camarades non autochtones, mais à un taux plus élevé. De nombreuses études longitudinales attestent de taux plus élevés de graves blessures (c’est-à-dire qu’elles limitent l’activité et nécessitent des soins médicaux). Par exemple, 17,5 % des enfants des Premières nations qui habitent dans les réserves ont été blessés par rapport à 12 % de leurs homologues qui vivent hors réserve et à 10 % de la population canadienne [14][15]. Par ailleurs, 30 % des jeunes autochtones avaient subi une blessure importante au cours de 12 mois précédents [16]. Dans toutes les catégories d’âge, le taux de blessures était plus élevé chez les garçons que chez les filles [16]. Le bilan statistique de la Terr des Inuit indique que de 7 % à 11 % des enfants inuits de moins de 14 ans ont subi des blessures assez graves pour avoir besoin de soins médicaux dans les 12 mois précédents, et il laisse croire que ce pourcentage est sous-évalué en raison du manque de services de santé [17]. À; 12 %, le taux de blessures chez les enfants métis était similaire à celui de la population générale canadienne [18].

Les blessures plus graves peuvent provoquer une incapacité et nuire à la scolarisation, à la croissance et au développement, avoir des conséquences sur la future employabilité et contribuer à la dépression et à la consommation d’alcool et de drogues [12]. Selon une évaluation des graves traumatismes effectuée à Calgary, en Alberta, les peuples des Premières nations couraient près de quatre fois le risque de subir un grave traumatisme que la population générale, et étaient cinq fois plus susceptibles de subir un grave traumatisme attribuable à une collision automobile [19]. Les membres des Premières nations du Manitoba risquaient 3,7 fois plus d’être hospitalisés à cause d’une blessure que les autres Manitobains [20]. Si les populations autochtones sont plus susceptibles de subir de graves traumatismes, elles sont beaucoup moins susceptibles de recevoir des soins de réadaptation ou d’avoir accès à d’autres ressources après leur congé. En Saskatchewan, par exemple, 66,7 % des peuples des Premières nations ne disposaient pas de ressources après leur congé, qu’il s’agisse d’aide ou de traitement après un traumatisme crânien, par rapport à seulement 9,6 % de leurs homologues ne faisant pas partie des Premières nations [21].

Pourquoi cet écart?

Les raisons de ce risque disproportionné de blessures chez les enfants et adolescents autochtones sont nombreuses et complexes. D’après Statistique Canada, les familles autochtones ont davantage tendance à avoir un revenu moins élevé et à être moins scolarisées et sans emploi que les autres Canadiens, tout en étant généralement plus jeunes et plus susceptibles de vivre en région rurale [15]. Elles sont également plus susceptibles de vivre dans un logement insalubre et non sécuritaire et à subir des pénuries locales en matière de main-d’œuvre et de ressources de santé [22]. Les inégalités historiques, l’aliénation culturelle et la perte d’interdépendance avec l’environnement, de même que le sinistre héritage des pensionnats, contribuent à la dépression, à la consommation abusive d’alcool et de drogues, aux comportements de prise de risque qui s’y associent et aux pratiques parentales insuffisantes de certains. L’alcool est l’un des facteurs important des collisions automobiles, du fait de ne pas porter de ceinture de sécurité et des noyades [1][19][23]. L’absence de programme de PB ciblé ou adapté à la culture continue de constituer un obstacle. Les enfants et adolescents autochtones des régions rurales ne sont pas exposés autant que les autres Canadiens aux programmes de sécurité automobile (p. ex., sièges d’auto, ceinture de sécurité) ou aux campagnes contre la conduite avec les facultés affaiblies, ni aux cours de natation, à la formation en premiers soins ou en RCR, ni même à la mise en vigueur des lois déjà existantes en matière de sécurité [6].

Pourquoi des programmes de prévention des blessures s’imposent-ils dans les communautés autochtones?

Dans les communautés autochtones pauvres en ressources, les décès et les incapacités attribuables à une blessure nourrissent le cycle de pauvreté et de désespoir. Au Canada, d’après une analyse de coûts effectuée par Sauve-qui-pense, le fardeau économique total des blessures était évalué, en 2004, à 9,5 milliards de dollars en coûts directs et à 6,5 milliards de dollars en coûts indirects [24]. La réduction du taux de mortalité et de morbidité et la réaffectation des fonds à des utilisations plus constructives seraient extrêmement bénéfiques aux communautés pauvres et éloignées. En plus d’être rentables, des stratégies de PB bien conçues destinées aux Autochtones américains ont réussi à réduire le taux d’hospitalisations, la gravité des blessures et le taux de mortalité [25][6].

Les mécanismes des blessures

La présente rubrique porte sur les grandes causes de morbidité et de mortalité associées aux blessures.

Les collisions automobiles

Les collisions automobiles sont responsables du plus grand nombre de blessures et de décès chez les enfants et adolescents autochtones, particulièrement les garçons [22]. En général, les peuples autochtones sont plus vulnérables aux collisions automobiles parce que leurs communautés sont isolées, qu’il est plus difficile de se rendre dans un établissement de santé, que les routes sont généralement en mauvais état et que des véhicules dangereux, tels que les véhicules tout-terrains (VTT) et les motoneiges [1]), sont fréquemment utilisés ou servent dans des conditions dangereuses, souvent par nécessité. Parmi les autres éléments contribuant à l’incidence de blessures, soulignons la sous-utilisation des sièges d’auto dans les véhicules automobiles, la mise en vigueur déficiente des lois sur le port de la ceinture de sécurité, l’absence de port du casque et la consommation abusive d’alcool et de drogues. Dans une étude auprès d’Autochtones du nord-ouest américain, 41 % des enfants étaient mal attachés dans les véhicules automobiles [26]. Selon des études, les Autochtones américains des régions rurales qui n’utilisaient pas leur ceinture de sécurité couraient plus de deux fois le risque de blessures ou de décès que ceux qui l’utilisaient [26]. L’alcool était le principal facteur déterminant la non-utilisation de la ceinture de sécurité [23]. Une étude évaluant la mise en vigueur des lois sur le port de la ceinture de sécurité au sein de la nation Navajo a révélé qu’une augmentation du port de la ceinture de 7 % à 40 % chez les enfants réduisait à la fois le taux d’hospitalisations attribuables à une collision automobile et la gravité des blessures, et ce, de manière considérable [26].

La noyade

La noyade demeure une cause courante de décès, notamment chez les garçons [1]. Même si les peuples autochtones constituent environ 5 % de la population canadienne, ils représentent environ 26 % des noyades en motoneige, 16 % des noyades après une chute, 10 % des noyades pendant des activités aquatiques récréatives et 9 % des noyades liées à des activités nautiques [1][8].

Les chutes dans un plan d’eau sont la principale cause de noyades, suivies des activités nautiques et des autres activités aquatiques [1]. Le Système canadien de surveillance des décès liés à l’eau démontre que six fois plus d’Autochtones que d’autres Canadiens se sont noyés en 1996. Au Manitoba, ce taux était dix fois plus élevé que la moyenne provinciale. Les noyades de tout-petits étaient 15 fois plus élevées que la moyenne canadienne et 22 fois plus élevées que la moyenne provinciale au Manitoba [1][8]. Dans les communautés autochtones, le risque de noyade augmente selon la proximité avec l’eau, le risque d’hypothermie (p. ex., dans le Grand Nord), la pratique de la motoneige sur de la glace mince et la sous-utilisation des vêtements de flottaison individuels (VFI). En 1996, seulement 6 % des Autochtones victimes de noyade portaient un VFI [1]. La consommation d’alcool contribue aux décès par noyade, car le taux d’alcool de 64 % des victimes était supérieur à la limite permise, par rapport à 27 % des cas de noyades chez les non-Autochtones [1].

Les incendies

Dans une enquête menée de 1991 à 1993, environ 31 % des décès attribuables à un incendie dans une population autochtone s’observaient chez des enfants de un à 14 ans, par rapport à 16 % de la population générale canadienne [1]. Une étude menée en Colombie-Britannique entre 1991 et 1998 a révélé qu’au sein des membres inscrits des Premières nations, le taux de mortalité attribuable à un incendie était huit fois plus élevé que la moyenne provinciale. De plus, en 1996-1997, les enfants des Premières nations du Manitoba risquaient cinq fois plus de mourir dans l’incendie d’une maison [1]. Le risque plus élevé de décès attribuables à un incendie s’explique par la plus forte proportion de fumeurs dans les ménages, par des logements insalubres aux charpentes de bois, par la sous-utilisation de détecteurs de fumée en bon état, par l’éloignement des camions de lutte contre les incendies et et du personnel [12] et par la pénurie de pompiers formés.

Un cadre de prévention des blessures

La Société canadienne de pédiatrie [28]-[32] et l’Agence de la santé publique du Canada [33] possèdent plusieurs ressources sur des stratégies de prévention précises. Dans le présent document, on présente des éléments à prendre en considération à l’égard de la PB chez les peuples autochtones. Pour être optimales, ces initiatives feraient appel à des démarches multidisciplinaires et viseraient les individus, les parents, les dispensateurs de soins et les chefs des communautés ou des gouvernements locaux. Les stratégies doivent être faciles à adapter afin de pouvoir être modifiées pour respecter la langue, la culture et les besoins politiques des diverses communautés. Elles doivent également faciliter la communication et renforcer les capacités locales [34][35]. Des programmes de PB qui fonctionnent se fondent toujours sur des pratiques exemplaires, la collaboration et la pérennité. Les programmes auprès des Autochtones doivent faire participer les communautés à chaque étape de l’intervention, soit la planification, la mise en œuvre et l’évaluation. Pour assurer la réussite du programme, il est essentiel de faire preuve de respect envers l’autonomie locale, en obtenant le consentement avant une intervention ou une évaluation et en s’assurant de la présence de mécanismes de partage des données convenables.

Plusieurs organismes ont adopté des stratégies de PB qui visent les communautés autochtones. La première Enquête régionale longitudinale sur la santé des Premières nations contenait des recommandations sur la PB pour les communautés [36]. L’Assemblée des Premières nations a adopté des résolutions sur la nécessité d’agir et la préparation d’une stratégie nationale de PB détaillée orientée par le groupe consultatif régional de prévention des blessures des Premières nations (FNRIP) [37]. L’Organisation nationale des représentants indiens et inuits en santé communautaire (ONRIISC) a organisé la National Aboriginal IP Conference en 2004 [38]. Les Pauktuutit Inuit Women of Canada ont adopté une résolution sur la nécessité d’agir en matière de PB et en 2010, elles ont préparé le plan stratégique quinquennal 2010-2015 de prévention de blessures chez les Inuits. Cependant, les récentes compressions au budget fédéral ont largement éliminé ou compromis ces initiatives [37][39].

Le Programme d’aide préscolaire aux Autochtones contient un programme de PB pour enseigner aux travailleurs et aux parents à fournir des environnements sains et sécuritaires aux enfants. Grâce au Programme de soins de santé maternelle et infantile de Santé Canada, des infirmières et des visiteurs familiaux se rendent au domicile des familles à haut risque et des femmes enceintes qui vivent dans des communautés des Premières nations. Pendant ces visites, ils évaluent le caractère sécuritaire du domicile et la scolarisation des parents et remettent des ressources de formation. Il n’existe pas de programmes de PB efficaces et adaptés à la culture qui ciblent les Métis, et les enfants et adolescents métis n’y ont pas droit en vertu des Services de santé non assurés offerts aux autres enfants autochtones.

Les six règles d’une PB réussie

L’éducation, le renforcement, la facilitation, la conception, la mise en vigueur et l’emploi sont les six règles d’une PB réussie. Elles sont adaptées aux populations autochtones au tableau 1.

Éducation

  • Trouver des porte-parole de la communauté pour diffuser les messages de sécurité dans les médias locaux et dans les programmes en milieu scolaire.
  • Utiliser les concepts préventifs liés aux mesures de sécurité auprès des familles, tels que le port du casque, du VFI et de la ceinture de sécurité.
  • Mettre au point des programmes de PB, tels que la formation en premiers soins et en RCR, les cours de natation, la sécurité aquatique, la prévention des incendies et la préparation aux situations d’urgence.

Renforcement

  • Intégrer la culture, la langue et les croyances des peuples autochtones à la planification de la PB.
  • Solliciter la participation locale lors de la conception et de la mise en œuvre des stratégies de PB.

Facilitation

  • Fournir un accès plus facile et plus abordable aux formations en PB et aux dispositifs de PB, grâce à un ensemble d’achats communautaires, d’installations ou de financement (p. ex., détecteurs de fumée, casques de vélo et VFI).

Conception

  • Concevoir des produits et des milieux plus sécuritaires (p. ex., routes et trottoirs plus sécuritaires et mieux éclairés, enceintes pour confiner les animaux domestiques ou conception de vêtements d’hiver munis de coussins gonflables incorporés).

Mise en vigueur

  • Faire participer les membres du Conseil de bande et les chefs de la communauté à la mise en œuvre et à la mise en vigueur des politiques.

Emploi

  • Renforcer les capacités pendant la conception et la mise en œuvre des programmes de PB, de manière à favoriser la participation de la communauté et de créer des revenus.
TABLEAU 1 : Exemples de stratégies pour les six règles de prévention de blessures courantes
Cause de blessureÉducationRenforcementFacilitationMise en vigueurConceptionEmploi
Collision automobile- Éviter l’alcool et les drogues.

- Utiliser des dispositifs de retenue adaptés et porter la ceinture de sécurité.
Plan de la communauté pour l’éducation et la promotion à la sécurité liées à la réduction de la consommation d’alcool et l’utilisation des dispositifs de retenue pour enfants- Dispositifs de retenue pour enfants accessibles et abordables

- Covoiturage

- Chauffeurs désignés
- Limites de vitesse

- Dispositifs de retenue pour enfants

- Consommation d’alcool et de drogues
- Amélioration des conditions des routes et de l’éclairage

- Séparation des piétons et des véhicules automobiles

- Maintien des animaux d’élevage en enclos
- Mise en vigueur et éducation locales

- Équipe de premiers intervenants
Véhicule tout-terrain- Porter le casque.

- Éviter l’alcool et les drogues.
Participation de la communauté à des politiques comme la promotion du port du casque, la promotion des restrictions liées à l’âge- Casques accessibles et abordables- Restrictions liées à l’âge

- Port obligatoire du casque
- Amélioration de la stabilité des véhicules

- Intégration d’une vitesse maximale
- Formateurs locaux
Incendie- Ne jamais laisser les enfants ou les feux sans surveillance.

- Ne pas obstruer les sorties.

- Éviter l’alcool et les drogues autour d’un feu.
Participation de la communauté à l’élaboration et à la communication des plans de prévision et d’évacuation en cas d’incendie- Détecteurs de fumée subventionnés

- Matériel pertinent de lutte contre les incendies

- Élimination sécuritaire des cigarettes
- Utilisation obligatoire des détecteurs de fumée

- Retrait des dangers d’incendie dans la communauté
- Mise en œuvre d’un plan de prévision et d’évacuation en cas d’incendie pour les domiciles et la communauté

- Meilleures normes de logement
- Formation de pompiers locaux

- Formateurs en sécurité incendie

- Inspection et entretien des détecteurs de fumée
Empoisonnement- Identifier et étiqueter les substances toxiques et dangereuses.

- Ranger, verrouiller et placer les substances dangereuses hors de la vue et de la portée des enfants.
Participation de la communauté à l’égard des matériaux dangereux- Accès à du rangement à l’épreuve des enfants

- Verrous à l’épreuve des enfants

- Lieux accessibles pour l’enfouissement des objets dangereux
- Étiquetage pertinent

- Contenants à l’épreuve des enfants

- Élimination convenable des toxines
- Contenants à l’épreuve des enfants

- Lieux d’élimination convenables
- Formateurs sur les dangers
Noyade- Donner des cours de natation.

- Donner une formation en premiers soins et en RCR.

- Utiliser les gilets de sauvetage.

- Assurer une supervision active.

- Éviter les substances intoxicantes.
Plan de la communauté en matière de sécurité aquatique- Gilets de sauvetage subventionnés

- Cours de natation subventionnés ou gratuits

- Sauveteurs
- Limites d’alcoolémie sur les embarcations

- Limites de vitesse

- Secteurs de nage supervisés
- Vêtements de flottaison intégrés aux manteaux d’hiver- Moniteurs de natation

- Moniteurs de premiers soins et de RCR

- Sauveteurs locaux

- Signalisation lorsque les conditions de glace et d’eau ne sont pas sécuritaires
Chutes- Superviser les enfants, notamment près des points d’eau.

- Mettre des enceintes autour des chantiers de construction et des autres lieux dangereux.

- Donner des cours de premiers soins, de RCR et d’interventions en cas d’urgence
- Détermination des lieux dangereux par la communauté

- Élaboration de stratégies et de ressources pour tenir compte des zones de danger
- Matériaux et outils de construction abordables pour construire des communautés plus sécuritaires- Enceintes autour des chantiers de construction

- Normes de logement minimales
- Réduction des logements insalubres

- Construction de maisons plus sécuritaires
Équipe de premiers intervenants pour les premiers soins et les urgences

- Construction de meilleures maisons

- Inspecteurs des bâtiments
Source : Adapté du dossier de presse sur la prévention des blessures pour les communautés des Premières nations, Assemblée des Premières nations, 2006.

Recommandations

Afin de réduire le taux et la gravité des blessures non intentionnelles chez les enfants et adolescents autochtones du Canada, la Société canadienne de pédiatrie fait les recommandations suivantes :

  1. Pour cibler la surveillance : Il est essentiel de procéder à une meilleure collecte de données et à une meilleure recherche, au moyen de démarches communautaires et participatives, pour définir la portée et la nature des blessures dont est victime cette population. La collecte de données devrait porter sur le lieu, l’âge, l’ethnie et le mécanisme de blessure. Il serait utile d’inclure des identificateurs autochtones dans les études sur les blessures menées par l’entremise du Programme canadien de surveillance pédiatrique pour contribuer à en réduire le spectre.
  2. Pour améliorer l’éducation : Des congrès, des débats publics ainsi que des rencontres de coalitions, de spécialistes, des membres et des chefs des communautés sont tous des tribunes de partage des données de surveillance, de programmes réussis et de transfert du savoir.
  3. Pour renforcer les prises de position : Le gouvernement fédéral doit travailler avec les gouvernements provinciaux et territoriaux ainsi qu’avec les organismes non gouvernementaux à l’élaboration d’une stratégie nationale de PB. Les communautés autochtones doivent élaborer des programmes locaux afin de réduire certains types de blessures, mettre ces programmes en œuvre, en assurer la mise en vigueur et les évaluer régulièrement. Les lois sur la sécurité des VTT et des motoneiges sont particulièrement pertinentes dans les communautés autochtones, tel que le démontre le rapport de la situation de la Société canadienne de pédiatrie, intitulé En faisons-nous assez? <www.cps.ca/fr/advocacy-defense>
  4. Pour réduire les obstacles : En améliorant les déterminants sociaux de la santé, tels que la pauvreté et les logements insalubres, en accroissant le soutien aux parents et en favorisant l’accès aux programmes de traitement de l’alcoolisme et de la toxicomanie, les communautés réagiront mieux aux stratégies de PB.
  5. Pour évaluer les initiatives : Il faut mesurer les répercussions des programmes de PB, à la fois pour en évaluer la réussite et pour déterminer les secteurs à améliorer.
  6. Pour fournir des ressources : Il faut mieux financer la surveillance de la PB, accroître les recherches, renforcer les capacités, consulter, diffuser les connaissances et évaluer les programmes de PB.

Remerciements

Le comité de prévention des blessures et la section de la prévention de la maltraitance des enfants et des adolescents de la Société canadienne de pédiatrie ont révisé le présent document de principes.


 

COMITÉ DE LA SANTÉ DES PREMIÈRES NATIONS, DES INUITS ET DES MÉTIS DE LA SCP

Membres : William H Abelson MD (représentant du conseil); Anna Banerji MD; Lola T Baydala MD; Radha Jetty MD; Heide M Schroter MD; Jill M Starkes MD; Sam K Wong MD (président)
Représentants : Simon Brascoupé, Organisation nationale des représentants indiens et inuits en santé communautaire; Elizabeth Ford, Inuit Tapiriit Kanatami; Carolyn Harrison, Direction générale de la santé des Premières nations et des Inuits, Santé Canada; Kathy Langlois, Direction générale de la santé des Premières nations et des Inuits, Santé Canada; Lisa Monkman MD, Indigenous Physicians Association of Canada; Kelly R Moore MD, comité de la santé des enfants autochtones américains, American Academy of Pediatrics; Melanie Morningstar, Assemblée des Premières nations; Eduardo Vides, Ralliement national des Métis; Cathy Winters, Direction générale de la santé des Premières nations et des Inuits, Santé Canada
Conseillers : James Irvine MD; Kent Saylor MD
Auteure principale : Anna Banerji MD


Références

  1. Santé Canada, Direction générale de la santé des Premières nations et des Inuits, 2001. Les lésions traumatiques accidentelles et intentionnelles chez les Autochtones du Canada 1990-1999. www.hc-sc.gc.ca/fniah-spnia/pubs/promotion/_injury-bless/2001_trauma/index-fra.php (consulté le 26 avril 2012)
  2. Institut canadien d'information sur la santé, 2000. La santé des enfants du Canada : Un profil de l'ICSI, 3e éd. Chapitre 6 : Enfants et jeunes autochtones. www.cich.ca/PDFFiles/Profile/CICH%20Profile_06%20Aboriginal.pdf
  3. Santé Canada, 1996. Tendances relatives aux taux de mortalité des Premières nations, 1979-1993. Ottawa: ministère des Travaux publics et Services gouvernementaux Canada.
  4. Allard YE, Wilkins R, Berthelot JM. Premature mortality in health regions with high aboriginal populations. Health Rep 2004;15(1):51-60.
  5. Statistique Canada. Peuples autochtones du Canada en 2006 : Inuit, Métis et Premières nations, Recensement de 2006. www.statcan.gc.ca/daily-quotidien/080115/dq080115a-fra.htm (consulté le 27 avril 2012)
  6. Harrop AR, Brant RF, Ghali WA, Macarthur C. Injury mortality rates in Native and non-Native children: A population-based study. Public Health Rep 2007;122(3):339-46.
  7. Commission de la santé et des services sociaux des Premières nations du Québec et du Labrador. Portrait des blessures physiques et accidentelles et intentionnelles survenant au sein des communautés des Premières nations du Québec, de 2004 à aujourd'hui : Rapport final. 2008. www.cssspnql.com/fr/sante/documents/Rapportblessures27mai08.pdf (consulté le 26 avril 2012)
  8. Croix-Rouge canadienne, Système canadien de surveillance des décès liés à l'eau, 1998. An analysis of drownings and other water-related injury fatalities in Canada for 1996. MacMillan H, Walsh C, Jamieson E, Crawford A, Boyle M, 1999. Children's health. In: First Nations and Inuit Regional Health Surveys. www.rhs-ers.ca/sites/default/files/ENpdf/RHS_1997/rhs_1997_final_report.pdf (consulté le 26 avril 2012)
  9. Statistique Canada. Âge médian de la population selon l'identité autochtone, 2006. Tiré du Graphique 3 : Âge médian de la population selon l'identité autochtone, 2006. www.statcan.gc.ca/pub/89-645-x/2010001/median-age-fra.htm (consulté le 26 avril 2012)
  10. Santé Canada. Santé des Premières nations, des Inuits et des Autochtones. Indicateurs de santé comparables des Premières nations, 2005. www.hc-sc.gc.ca/fniah-spnia/diseases-maladies/2005-01_health-sante_indicat-fra.php (consulté le 26 avril 2012)
  11. Assemblée des Premières nations, Injury Prevention Fact Sheets. 2006. http://64.26.129.156/cmslib/general/IPFS.pdf (consulté le 26 avril 2012)
  12. Martens P et coll., 2010. Profile of Metis health status and healthcare utilization in Manitoba: A population-based study (Manitoba Centre for Health Policy; Manitoba Metis Federation) http://mchp-appserv.cpe.umanitoba.ca/reference/Metis_Health_Status_Full_Report.pdf (consulté le 26 avril 2012)
  13. First Nations Information Governance Committee, First Nations Regional Longitudinal Health Survey (RHS) 2002-03; Results for adults, youth and children living in First Nations Communities, 2005 www.rhs-ers.ca/sites/default/files/ENpdf/RHS_2002/rhs2002-03-technical_report.pdf (consulté le 26 avril 2012)
  14. Statistique Canada, Rapports sur la santé. Tjepkema M, 2005. Les blessures non mortelles chez les Autochtones. www.statcan.gc.ca/pub/82-003-x/2004002/article/7786-fra.pdf (consulté le 26 avril 2012)
  15. The First Nations Information Governance Centre, 2011. First Nations Regional Longitudinal Health Survey, RHS Phase 2 (2008/10) preliminary results: Adult, youth, child www.rhs-ers.ca/sites/default/files/ENpdf/RHSPreliminaryReport31May2011.pdf (consulté le 26 avril 2012)
  16. Inuit Tapiriit Kanatami, 2008. Inuit Statistical Profile www.itk.ca/sites/default/files/InuitStatisticalProfile2008_0.pdf (consulté le 26 avril 2012)
  17. Smylie J, Adomako P, 2009. Indigenous Children’s Health Report: Health Assessment in Action
  18. www.stmichaelshospital.com/pdf/crich/ichr_report.pdf (consulté le 26 avril 2012)
  19. Karmali S et coll. Epidemiology of severe trauma among status Aboriginal Canadians: A population-based study. CMAJ 2005;172(8):1007-11.
  20. Martens P, Bond R, Jebamani L, 2002. The health and health care use of registered First Nations people living in Manitoba: A population-based study, Winnipeg Manitoba. Manitoba Centre for Health Policy. mchp-appserv.cpe.umanitoba.ca/reference/rfn_report.pdf (consulté le 26 avril 2012)
  21. Blackmer J, Marshall SC. A comparison of traumatic brain injury in the Saskatchewan native North American and non-native North American populations. Brain Inj 1999;13(8):627-35.
  22. MacMillan HL, MacMillan AB, Offord DR, Dingle JL. Aboriginal health. CMAJ 1996:155(11):1569-78.
  23. Gross EA, Axberg A, Mathieson K. Predictors of seatbelt use in American Indian motor vehicle crash trauma victims on and off the reservation. Accid Anal Prev 2007;39(5):1001-05.
  24. Sauve-qui-pense, 2009. Le fardeau économique des blessures au Canada. www.smartrisk.ca/downloads/burden/Canada2009/EBI-Fr-Final.pdf (consulté le 26 avril 2012)
  25. Zaloshnja E, Miller TR, Galbraith MS et coll. Reducing injuries among Native Americans: Five cost-outcome analyses. Accid Anal Prev 2003;35(5):631-9.
  26. Lapidus JA, Smith NH, Ebel BE, Romero FC. Restraint use among northwest American Indian children traveling in motor vehicles. Am J Public Health 2005;95(11):1982-8.
  27. Phelan KJ, Khoury J, Grossman DC et coll. Pediatric motor vehicle related injuries in the Navajo Nation: The impact of the 1988 child occupant restraint laws. Inj Prev 2002;8(3):216-20.
  28. Société canadienne de pédiatrie, comité de prévention des blessures (auteurs principaux : Bich Hong Nguyen, Lynne J Warda). Les cours de natation pour les nourrissons et les tout-petits. Paediatr Child Health 2003. 8(2):118-9. www.cps.ca/francais/enonces/IP/IP03-01.htm (consulté le 27 avril 2012)
  29. Société canadienne de pédiatrie, comité de prévention des blessures (auteure principale : Natalie L Yanchar). La prévention des blessures causées par les véhicules tout-terrain. http://www.cps.ca/fr/documents/position/prevention-blessures-vehicules-tout-terrains
  30. Société canadienne de pédiatrie, comité de prévention des blessures (auteure principale : Charmaine van Schaik). Le transport des nourrissons et des enfants dans les véhicules automobiles. Paediatr Child Health 2008;13(4):321-7. www.cps.ca/francais/enonces/IP/IP08-01.htm (consulté le 27 avril 2012)
  31. Société canadienne de pédiatrie, comité de prévention des blessures (auteures principales : Pamela Fuselli, Natalie L Yanchar). La prévention des blessures dans les terrains de jeux. Paediatr Child Health 2012;17(5): www.cps.ca/fr/documents/position/terrains-de-jeux-blessures
  32. Société canadienne de pédiatrie, comité de prévention des blessures (auteur principal : Richard Stanwick). Des recommandations pour la sécurité en motoneige. Paediatr Child Health 2004;9(9):643-6. www.cps.ca/francais/enonces/IP/IP04-02.htm (consulté le 27 avril 2012)
  33. Agence de la santé publique du Canada, 2009. Étude des blessures chez les enfants et les jeunes : Pleins feux sur la sécurité des produits de consommation. www.phac-aspc.gc.ca/publicat/cyi-bej/2009/pdf/injrep-rapbles2009_fra.pdf (consulté le 27 avril 2012)
  34. Auer AM, Andersson R. Canadian Aboriginal communities: A framework for injury surveillance. Health Promot Int 2001;16(2):169-77.
  35. Berger LR, Wallace L.J, Bill, NM. Injuries and injury prevention among indigenous children and young people. Pediatr Clin North Am 2009;56(6):1519-37.Assemblée des Premières nations. Centre de gouvernance de l'information des Premières nations, 2007. Enquête régionale longitudinale sur la santé des Premières nations (ERS) 2002-2003. www.rhs-ers.ca/sites/default/files/ENpdf/RHS_2002/rhs2002-03-the_peoples_report_afn.pdf (consulté le 27 avril 2012)
  36. Assemblée des Premières nations. Secrétariat à la santé et au développement social, section 2 (G). www.afn.ca/index.php/fr/secteurs-de-politique/secretariat-a-la-sante-et-developpement-social (consulté le 15 mai 2012)
  37. Organisation nationale des représentants indiens et inuits en santé communautaire. Towards Community Action on Aboriginal Injuries. In: First National Aboriginal Injury Prevention Conference, Winnipeg 2004. http://people.ucalgary.ca/~ramsay/first-nations-inuit-injury-conference.htm (consulté le 27 avril 2012)
  38. Pauktuutit Inuit Women of Canada, April 16, 2012. Funding for Pauktuutit’s National Inuit Health Projects Eliminated: pauktuutit.ca/index.php/funding-for-pauktuutits-national-inuit-health-projects-eliminated (consulté le 15 mai 2012)

Avertissement : Les recommandations du présent document de principes ne constituent pas une démarche ou un mode de traitement exclusif. Des variations tenant compte de la situation du patient peuvent se révéler pertinentes. Les adresses Internet sont à jour au moment de la publication.

Mise à jour : le 30 janvier 2017