Passer au contenu
Canadian Paediatric Society

Document de principes

Les mesures, en appui au développement de la petite enfance

Affichage : le 1 décembre 2011


The Canadian Paediatric Society gives permission to print single copies of this document from our website. For permission to reprint or reproduce multiple copies, please see our copyright policy.

Auteur(s) principal(aux)

C Hertzman, J Clinton, A Lynk; Société canadienne de pédiatre, Groupe de travail de la petite enfance

Paediatr Child Health 2011;16(10):658-60

Résumé

Les expériences et les environnements de la petite enfance ont un effet important et mesurable sur les trajectoires de santé et de bien-être. Le monde de chaque enfant, en particulier ses parents et les autres personnes qui s’occupent de lui, sculptent littéralement le cerveau et influent sur les voies du stress. Pendant la petite enfance, il existe des interventions efficaces qui peuvent améliorer les issues sociétales et à l’âge adulte. Dans le présent document de principes, la Société canadienne de pédiatrie demande aux gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux de mesurer et de surveiller l’évolution du développement des enfants au Canada, qui peut varier considérablement selon les collectivités et les groupes démographiques. Le document de principes traite des objectifs en vue de colliger de l’information de qualité sur le développement de la petite enfance, ses déterminants et ses issues à long terme. Il expose également quatre approches pour recueillir des données par enquête en population, par individu et par enquête longitudinale, tant chez les jeunes enfants que plus tard dans la vie. Une intervention rapide représente l’un des principaux résultats de la surveillance du développement. Il est essentiel de lier les données individuelles au domicile et à la collectivité pour que les collectivités et les gouvernements puissent assurer un suivi et prendre des mesures en appui au développement de la petite enfance.

 

Mots-clés : Early childhood development; Longitudinal data; Population health; Social determinants

« Ce qui compte ne peut pas toujours être compté, et ce qui peut être compté ne compte pas forcément. » – Albert Einstein

Les données scientifiques sont claires. La petite enfance compte. On peut mesurer les conséquences des expériences et des environnements de la petite enfance à la fois chez les jeunes enfants et tout au long de la vie. Pourtant, les enfants canadiens ne s’en tirent pas tous bien, même s’ils vivent dans un pays offrant l’un des niveaux de vie les plus élevés du monde. En faisons-nous assez pour nos plus jeunes enfants?

En 2007, la docteure Kellie Leitch, alors conseillère en santé des enfants et des adolescents pour le gouvernement fédéral, a déclaré que le Canada fait piètre figure comparativement aux 29 pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) pour ce qui est des mesures de la santé et du bien-être des citoyens les plus jeunes [1]. Le Canada arrive au 27e rang quant à l’obésité infantile, et au 21e rang quant au bien-être des enfants, y compris la santé mentale. La docteure Leitch a exhorté le Canada à investir dans la santé et le bien-être des enfants et des adolescents au même titre que dans les infrastructures ou dans les sciences et les technologies. La capacité des jeunes à réaliser leur plein potentiel « est essentiel [le au] succès économique de notre nation au sein d’un monde de plus en plus compétitif », a-t-elle écrit, recommandant de « nous fixer des balises et [de] mesurer les résultats obtenus ». Dans ses cinq recommandations principales, elles demandaient une étude longitudinale des cohortes afin d’amasser des données sur la santé des enfants et des adolescents du Canada et de comprendre en quoi les facteurs environnementaux se répercutent sur la santé des enfants.

L’évolution de la science sur le cerveau et le développement de la petite enfance (DPE) démontre clairement que ce qui se produit pendant les premières années jette les bases de la santé et de l’apprentissage plus tard dans la vie. On sait maintenant que le monde de chaque enfant, en particulier ses parents et les autres personnes qui s’occupent de lui, sculptent littéralement le cerveau et influent sur les voies du stress. Le DPE est, en revanche, lié à la susceptibilité aux maladies plus tard dans la vie. Les enfants sont lancés sur des trajectoires de santé et de développement bien avant leur naissance. Pour le meilleur et pour le pire, ces trajectoires sont modifiées par les expériences qu’ils vivront au sein de leur famille, de leurs milieux de soins et de leur collectivité [2]. Nous avons donc besoin d’un système complet de surveillance des issues de la petite enfance au Canada.

Le présent document de principes présente les volets éventuels d’un tel système et fait ressortir la nécessité d’un engagement pancanadien à surveiller et à analyser le cheminement des jeunes enfants. Les objectifs de cette surveillance s’établissent comme suit :

  • Comprendre les déterminants du développement d’un enfant en santé.
  • Stimuler le dialogue et la résolution de problèmes.
  • Étayer les politiques.
  • Examiner l’efficacité des interventions entre les territoires de compétence.

Le Canada est l’un des signataires de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant, qui l’engage à s’assurer que tous les enfants se voient offrir les possibilités dont ils ont besoin pour se développer sur le plan cognitif, physique, socioaffectif et spirituel. Pour respecter cet engagement, nous avons besoin d’un système pour surveiller les issues de la petite enfance [3].

Comment pourrons-nous garantir autrement que tous les enfants et leur famille possèdent le soutien et les ressources dont ils ont besoin pour s’épanouir?

Les origines de la vulnérabilitié développementale

Un très faible pourcentage d’enfants naît dans des conditions biologiques qui nuiront sûrement à leurs perspectives de développement, quelle que soit leur condition socioéconomique. Toutefois, les milieux dans lesquels les enfants vivent, jouent et grandissent créent des inégalités en matière de développement qui se manifestent rapidement au cours de l’enfance [3]. Au moment où les enfants entrent à l’école, ces disparités sont évidentes entre les cultures, les collectivités et les groupes socioéconomiques. Les enfants qui ont déjà du retard sur leurs camarades à leur entrée à l’école sont peu susceptibles de rattraper ce retard. En fait, ils risquent davantage d’en prendre encore plus [4]. Cependant, selon de nombreuses études, il est également clair que les interventions rapides modifient la situation [5].

Hertzman et Williams [6] ont souligné la nécessité de disposer d’un système de surveillance solide comportant un flux constant d’information de qualité sur l’état du DPE, ses déterminants et les issues développementales à long terme. Le Canada a besoin d’un système coordonné de données en population, propres à l’individu et longitudinales. Il est essentiel de pouvoir croiser les données personnelles à celles des domiciles et des collectivités, afin que les collectivités et les gouvernements puissent surveiller et prendre des mesures pour soutenir le DPE. L’un des principaux résultats de cette surveillance serait une intervention opportune, qui constitue une activité essentielle à la réussite d’une société industrialisée moderne.

Quatre approches pour obtenir un système de mesure

Une approche par enquête en population constitue le meilleur moyen de mesurer et de suivre l’état du DPE au Canada. Une enquête de qualité assure des évaluations efficaces et multidimensionnelles du DPE dans l’ensemble de la population. L’instrument de mesure du DPE (IMDPE) est l’un de ces moyens. L’IMDPE est efficace parce qu’il est rempli par des enseignants à la maternelle, sous forme d’un par enfant (en population), en l’espace d’environ une journée de travail. Il rend compte de quatre grands domaines du DPE : les compétences physiques, sociales, affectives, langagières et cognitives et communicationnelles (multidimensionnel). Lorsqu’il est effectué auprès de tous les enfants des maternelles d’un territoire de compétences, l’IMDPE fournit de l’information détaillée sur la collectivité locale, où l’on observe à la fois les principaux déterminants du développement et les meilleures occasions d’intervention rapide. L’utilisation de l’IMDPE est généralisée dans la plupart des régions du Canada. Des travaux sont également en cours pour créer un outil d’enquête en population parallèle à 18 mois, et une mesure en 4e année (un instrument de mesure du développement de l’enfant) fait l’objet d’un projet pilote. Lorsque ces plateformes seront bien développées, le Canada disposera de mesures de l’état de la première enfance (à 18 mois), de la transition à l’école (IMDPE) et de l’enfance (IMDE), grâce auxquelles il pourra juger de son engagement envers les enfants.

L’approche par enquête longitudinale sous-tend un suivi direct, dans ce cas auprès de l’échantillon représentatif d’une population donnée d’enfants et de leur famille au moyen de questionnaires et de tests biologiques. Par enfant, cette approche est beaucoup plus coûteuse que l’approche par enquête en population, mais elle convient mieux à l’étude des trajectoires de développement individuel et des déterminants personnels, familiaux et environnementaux. L’approche longitudinale convient également mieux pour établir le moment et la séquence des principaux événements du développement et pour évaluer les allégations causales. Il en existe deux exemples au Canada : l’étude longitudinale du développement des enfants du Québec (ÉLDEQ) et l’enquête longitudinale nationale sur les enfants et les jeunes (ELNEJ). L’ÉLDEQ se poursuit et dispose de ressources suffisantes, mais l’ELNEJ n’est plus financée.

Le Centre de politique sur la santé du Manitoba, le Human Early Learning Partnership de la Colombie-Britannique et la Population Health Research Unit de la Nouvelle-Écosse privilégient uneapproche par données croisées. Cette méthode consiste à créer un ensemble de données propres à l’individu, en population et longitudinales en croisant les dossiers administratifs de diverses sources. Lorsque les dossiers de santé, du développement et de l’éducation sont réunis, il devient possible de créer des trajectoires du développement de toute une population d’enfants, assurant ainsi au suivi du développement de l’enfant une efficacité élevée [7]. À l’heure actuelle, le travail sur le croisement des dossiers de naissance avec les IMDPE, les dossiers scolaires et les dossiers médicaux est approuvé en Colombie-Britannique et au Manitoba, autorisant la création et le suivi des « trajectoires de développement normatives » dans ces territoires de compétence.

L’essence de l’approche par indicateurs sociaux consiste à recueillir avec habileté des données colligées systématiquement en provenance de sources très variées qui, lorsqu’elles sont combinées, peuvent fournir un cliché national et régional qui peut être répété à peu de frais au fil du temps et des lieux afin de suivre les tendances. L’Indice des prix à la consommation en est un exemple courant. Il suit le coût de la vie partout au Canada à n’importe quel moment, et ses résultats sont assez crédibles pour constituer un fondement des politiques (p. ex., les prestations de retraite y sont liées). Dans le contexte du DPE, un indice devrait inclure des données sur les déterminants du développement de l’enfant (p. ex., le pourcentage de familles ayant des enfants et qui vivent sous le seuil de la pauvreté, le nombre d’heures par année que les parents passent au travail), les investissements pendant la petite enfance et l’information sur les résultats provenant de sources variées. Lorsqu’il était en activité, le Conseil canadien sur l’apprentissage a lancé l’indice composite de l’apprentissage, qui incluait certaines de ces propriétés. Un indice canadien du bien-être, en cours d’élaboration, contient un volet sur l’apprentissage et le développement de l’enfant. Cet outil mérite d’être envisagé comme un indicateur social du DPE.

Recommendations

La Société canadienne de pédiatrie recommande les mesures suivantes :

  • Que les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux s’engagent à créer un système de surveillance amélioré et solide dont les données seront accessibles aux Canadiens en vue de véritables recherches et analyses. Un tel système est essentiel pour étayer les politiques touchant la santé et le bien-être des jeunes enfants. Ce système doit être coordonné, inclure des mesures pour corriger les lacunes dans la collecte de données et intégrer la recherche, les pratiques exemplaires et l’échange du savoir.
  • Que les provinces et les territoires mettent entièrement en œuvre l’IMDPE et mettent les données colligées à la disposition des décideurs et des chercheurs en vue d’améliorer les issues dans les collectivités.
  • Que les provinces et les territoires appuient l’élaboration d’autres mesures de santé de la population pour surveiller les progrès des enfants à d’autres moments importants de leur développement (notamment à 18 mois [8] et en 4e année).
  • Que les gouvernements investissent dans des interventions efficaces pour le développement de la petite enfance, afin de maximiser la santé, le bien-être et l’éducation de tous les enfants canadiens, quel que soit leur lieu de résidence, leur situation socioéconomique ou leur origine culturelle.
  • Que les gouvernements participent à l’analyse du dialogue et de la résolution de problèmes entourant les données d’issues de l’enfance et qu’ils les soutiennent financièrement.

GROUPE DE TRAVAIL DE LA PETITE ENFANCE

Membres : Robin Williams MD (président jusqu’au 30 juin 2011), Sue Bennett MD, Jean Clinton MD, Clyde Hertzman MD, Denis Leduc MD, Andrew Lynk MD
Auteurs principaux : Clyde Hertzman MD, Jean Clinton MD, Andrew Lynk MD


Références

  1. Leitch K. Vers de nouveaux sommets : Rapport de la conseillère en santé des enfants et des jeunes. Ottawa: Santé Canada, 2007. www.hc-sc.gc.ca/hl-vs/pubs/child-enfant/advisor-conseillere/index-fra.php (consulté le 21 juillet 2011)
  2. Hertzman C, Boyce T. How experience gets under the skin to create gradients in developmental health. Ann Rev Public Health. 2010; 31:329-47.
  3. Marmot M. Fair society, healthy lives: Strategic review of health inequalities in England, post-2010. The Marmot Review 2010. www.marmotreview.org (consulté le 28 septembre 2011)
  4. Commission des déterminants sociaux de la santé (2008). Combler le fossé en une génération : Instaurer l'équité en santé en agissant sur les déterminants sociaux. Rapport final de la Commission des déterminants sociaux de la santé. Genève, Organisation mondiale de la santé. Consulté le 9 novembre 2011.
  5. McCain M, Mustard JF. Inverser la véritable fuite des cerveaux : Étude sur la petite enfance : Rapport final. Ontario. Secrétariat à l'enfance, Publications Ontario, 1999.
  6. Hertzman C, Williams R. Making early childhood count. CMAJ 2009;180:8-71.
  7. Jutte D, Brownell M, Roos N, Schippers C, Boyce WT, Syme SC. Rethinking what is important: Biologic versus social predictors of childhood health and educational outeomes. Epidemiology 2010;21:314-23.
  8. Société canadienne de pédiatrie. Groupe de travail de la petite enfance (auteurs principaux : R Williams et J Clinton). Bien faire ce qu'il faut à 18 mois : en appui à un bilan de santé amélioré. Paediatr Child Health 2011;16:651-54.

Avertissement : Les recommandations du présent document de principes ne constituent pas une démarche ou un mode de traitement exclusif. Des variations tenant compte de la situation du patient peuvent se révéler pertinentes. Les adresses Internet sont à jour au moment de la publication.

Mise à jour : le 14 avril 2016