Passer au contenu
Canadian Paediatric Society

Un document de la SCP fait ressortir la nécessité d’améliorer l’examen des décès d’enfants

Affiché le le 12 mai 2014 par la Société canadienne de pédiatrie | Permalink

Catégorie(s) : Défense d’intérêts

Le ministre des Services humains de l’Alberta, Manmeet Bhullar, a déclaré en janvier que la province modifierait les règles de signalement et évaluerait les solutions relatives à l’examen de tous les décès d’enfants en Alberta. Il a fait cette annonce dans le cadre de la Roundtable on Death and Serious Injury in Children organisée par la province.

La docteure Jennifer MacPherson, pédiatre de Calgary, y présentait le document de principes de la SCP sur l’examen des décès d’enfants. Selon elle, les données qui y sont citées ont pu contribuer à cette décision.

« [Le document] plaide avec éloquence pour un système officiel d’examen des décès d’enfants, déclare la docteure MacPherson. On y cite d’autres pays et on y explique que le Canada devrait aussi respecter une norme. »

La docteure MacPherson considère l’engagement de l’Alberta comme une avancée, mais elle espère que d’autres provinces et territoires emboîteront le pas et que le Canada se dotera un jour d’un système national standardisé.

Les blessures non intentionnelles sont la principale cause de décès chez les enfants et les adolescents canadiens, mais seules quelques provinces sont dotées d’un système officiel d’examen des décès d’enfants. Chacun est autonome et fonctionne différemment, limitant ce qu’une région peut apprendre de l’autre. De plus, l’absence de données standardisées complique l’adoption de stratégies efficaces de prévention et d’intervention.

« Sans analyse systématique, c’est un coup d’épée dans l’eau, ajoute la docteure MacPherson. Avec un mandat et des données facilement accessibles, l’analyse systématique devient un outil de prévention.»

Le document de la SCP prône un système standardisé d’examen des décès d’enfants dans chaque région du Canada pour corriger ce manque d’information. On y recommande :

  • des représentants de tous les milieux, y compris un médecin légiste ou un coroner en chef de la région, des représentants des forces de l’ordre, des agences de protection de l’enfance et des services locaux de santé publique, un avocat de la Couronne, un pédiatre, un médecin de famille ou un autre dispensateur de soins.
  • des processus structurés pour déclarer les tendances.
  • des bases de données liées entre elles pour assurer une collecte significative des données.
  • n mécanisme d’évaluation de l’efficacité du suivi et des recommandations découlant de l’examen des décès d’enfants.
  • un soutien financier désigné de la part de tous les paliers du gouvernement.

La docteure Natalie Yanchar, coauteure du document de principes, envisage un système national qui permettra aux intervenants de diverses disciplines et de divers organismes de partager l’information et d’apprendre les uns des autres. Idéalement, ce processus suscitera l’adoption de politiques qui préviendront des décès et amélioreront la santé et la sécurité globales des enfants et des adolescents.

« Nous souhaitons comparer ce qui se passe aux quatre coins du pays, mais surtout, apprendre les uns des autres pour déterminer ce qui fonctionne, [mais] nous ne le pouvons pas, affirme la docteure Yanchar. [Avec un système national standardisé], on examinera les causes sous-jacentes. On pourra alors déterminer les causes,... et les interventions et choisir celle qui réduira les risques. »


Droits d'auteur

La Société canadienne de pédiatrie est propriétaire des droits d'auteur sur toute l'information publiée dans le présent blogue. Pour obtenir toute l'information à ce sujet, lisez la Politique sur les droits d'auteur.

Avertissement

L'information contenue dans le présent blogue ne devrait pas remplacer les soins et les conseils d'un médecin.

Mise à jour : le 12 mai 2014