Passer au contenu
Canadian Paediatric Society

Les médecins devraient donner des conseils aux parents de jeunes enfants au sujet du temps d’écran

le 1 juin 2017

OTTAWA—L’exposition aux médias numériques est en hausse dans la vie familiale des Canadiens, de même que les inquiétudes quant aux effets du temps d’écran sur les enfants et les familles. Dans un nouveau document de principes, la Société canadienne de pédiatrie (SCP) recommande que les médecins et les professionnels de la santé donnent des conseils aux parents et aux autres personnes qui s’occupent de jeunes enfants sur les manières de limiter le temps d’écran et d’en atténuer le potentiel d’effets négatifs. La SCP recommande également que les médecins orientent les parents pour qu’ils soient attentifs à l’utilisation des écrans et donnent l’exemple d’habitudes positives.

Le document de principes, publié aujourd’hui, porte sur les enfants de moins de cinq ans, car leurs premières expériences à l’égard des écrans peuvent être déterminantes, sans compter que l’exposition pendant la petite enfance peut accroître la probabilité de surutilisation à l’âge adulte.

« Les enfants de moins de cinq ans ont besoin de participer à des jeux actifs et de passer du temps en famille pour acquérir des habiletés fondamentales, comme le langage et la créativité, déclare la docteure Stacey Bélanger, membre du groupe de travail de la SCP sur la santé numérique. Dans notre rôle de professionnel de la santé, nous devons donner des conseils aux parents sur l’importance des interactions directes et encourager les adultes à donner l’exemple de saines habitudes vis-à-vis des écrans. »

La SCP invite fortement les médecins à donner quatre conseils aux parents sur le temps d’écran : limiter, atténuer, être attentif et donner l’exemple d’habitudes positives.

Limiter le temps d’écran

  • Il n’est pas recommandé de laisser les enfants de moins de deux ans utiliser des écrans.
  • Chez les enfants de 2 à 5 ans, limiter le temps d’écran à moins d’une heure par jour.
  • Évitez d’utiliser des écrans au moins une heure avant le coucher.

Atténuer les risques associés aux écrans

  • Accorder la priorité à des émissions éducatives interactives et adaptées à l’âge.
  • Être présent et engagé lorsque les enfants sont devant un écran et en regarder le contenu avec eux.

Être attentif à l’utilisation de tous les écrans à la maison et donner l’exemple d’habitudes positives

  • Éteindre les écrans lorsqu’ils ne sont pas utilisés ou qu’ils servent de bruit de fond.
  • Savoir que le mode d’utilisation des médias par les adultes peut avoir une influence sur les enfants.

« Pour aider les enfants à adopter une attitude positive vis-à-vis des écrans, les parents peuvent s’assurer que leurs enfants utilisent les écrans seulement à des moments précis et pour des raisons précises, affirme Matthew Johnson, directeur de l’éducation chez HabiloMédias et membre du groupe de travail de la SCP sur la santé numérique. Dans la mesure du possible, les parents doivent choisir un contenu de qualité adapté à l’âge et le regarder ou l’utiliser avec leur enfant pour l’encourager à poser un regard critique sur ce à quoi il est exposé. »

Un sondage réalisé en 2016 auprès des membres de la SCP a révélé que les parents demandent des conseils sur le temps d’écran de leur enfant dans quatre grands domaines : la durée, l’établissement de limites, les effets sur la santé et le bien-être et le contenu optimal. Grâce à la publication de ce document de principes, les professionnels de la santé seront mieux en mesure de conseiller les parents quant aux pratiques exemplaires à privilégier pour promouvoir la santé et le développement dans un monde numérique.

Ce document de principes a été financé par une subvention sans restrictions de TELUS.

-30-

À propos de la SCP

La Société canadienne de pédiatrie est une association nationale de défense d’intérêts qui prône les besoins de santé des enfants et des adolescents. Fondée en 1922, elle représente plus de 3 000 pédiatres, pédiatres surspécialisés et autres professionnels de la santé des enfants au Canada.

Mise à jour : le 1 juin 2017