Passer au contenu
Canadian Paediatric Society

Les médecins devraient demander aux familles si elles ont des armes à feu à la maison

le 27 mars 2017

OTTAWA — Selon un nouveau document de la Société canadienne de pédiatrie (SCP), les professionnels de la santé devraient demander aux familles si elles ont des armes à feu à la maison.

« Chez les jeunes, la présence d’armes à feu est un facteur important de suicide à l’adolescence, d’homicide, de décès accidentel par balle et de fusillade dans les écoles, explique la docteure Katherine Austin, auteure du document de la SCP. Nous devons nous informer de la présence d’armes à feu à la maison, et si c’est le cas, en expliquer les risques aux parents. »

Trop d’enfants et d’adolescents sont blessés ou tués par des armes à feu chaque année. Selon une nouvelle étude de l’Institute for Clinical Evaluative Sciences et The Hospital for Sick Children, publiée aujourd’hui dans CMAJ, un enfant ou un adolescent est blessé par balle chaque jour en Ontario, et 75 % de ces blessures ne sont pas intentionnelles. Le Canada présente l’un des plus forts taux de décès d’adolescents par balle dans le monde industrialisé. Les jeunes hommes de 15 à 24 ans qui habitent au Canada sont plus susceptibles de perdre la vie à cause d’une blessure par balle que du cancer, ou d’un incendie, d’une chute ou d’une noyade combinés.

Le document de la SCP traite également des dangers des armes à feu sans poudre comme les armes à air comprimé et les armes à balle BB, dont les projectiles peuvent provoquer de graves blessures internes et des décès.

« Les parents doivent comprendre que ces armes sans poudre sont dangereuses et ne doivent être utilisées que sous la supervision attentive d’un adulte, ajoute la docteure Austin. »

Les armes airsoft et les armes de paintball peuvent causer de graves blessures oculaires et même la cécité. Elles ne devraient être utilisées que dans des lieux de bonne réputation, et les personnes qui s’en servent devraient porter des lunettes de protection en tout temps. 

Dans le document de la SCP, le gouvernement fédéral est également invité à assurer un contrôle plus rigoureux relativement à l’acquisition, au transport, à la possession et à l’entreposage des armes à feu, y compris ce qui suit :

  • Des mesures pour réduire l’importation illégale d’armes à feu au Canada, particulièrement en provenance des États-Unis.
  • Des restrictions plus étroites sur les armes à feu semi-automatiques (de style militaire).
  • Des initiatives de prévention des gangs, fondées sur des données probantes et bien financées, dans les communautés où les jeunes sont à haut risque de participer à des gangs.
  • La recherche sur les facteurs de risque de violence ciblée dans les écoles (fusillades), de même que des programmes fondés sur des données probantes pour prévenir l’intimidation dans les écoles et améliorer l’accès aux services de santé mentale pour les enfants et les adolescents à risque.
  • L’inclusion des armes à air comprimé et des armes à balles BB dont la vélocité des projectiles est assez élevée pour pénétrer dans les yeux ou la peau dans la catégorie des armes à feu en vertu de la Loi canadienne sur les armes à feu. L’incorporation des armes à air comprimé et à balles BB dont la vélocité des projectiles est moins élevée dans la réglementation de la Loi canadienne sur la sécurité des produits de consommation

 

 

À propos de la SCP

La Société canadienne de pédiatrie est une association nationale de défense d’intérêts qui prône les besoins de santé des enfants et des adolescents. Fondée en 1922, elle représente plus de 3 000 pédiatres, pédiatres surspécialisés et autres professionnels de la santé des enfants au Canada.

Mise à jour : le 27 mars 2017