Passer au contenu
Canadian Paediatric Society

Bourse de la médecine sportive en pédiatrie

La bourse de médecine sportive en pédiatrie encourage les résidents et les étudiants au postdoctorat à améliorer leurs habiletés cliniques en médecine musculosquelettique et à élargir leur expérience en médecine sportive, notamment auprès du groupe d’âge pédiatrique. La subvention de 500 $ est décernée chaque année par la groupe de médecine sportive aux résidents et étudiants au postdoctorat qui cherchent à effectuer un stage en pédiatrie sportive. Le nom du lauréat est annoncé à la séance de travail de la section, dans le cadre du congrès annuel de la SCP.

Après avoir terminé son stage, le lauréat doit remettre un rapport à son directeur de programme et à la groupe de médecine sportive. Ce rapport (d’un maximum de 500 mots) doit exposer les détails du stage, ses buts et objectifs ainsi que la manière dont il a modifié et touché la formation et la carrière du lauréat. Les rapports seront transmis aux autres candidats à la subvention, dans la page Web de la SCP, et peuvent contribuer à faciliter les stages en médecine sportive d’autres résidents.

Date limite : le 31 mars

Candidatures

Pour être admissibles le candidat:

  • doivent être membres de la SCP,
  • doit prévoir un stage en médecine sportive d’au moins quatre semaines, auprès d’un précepteur qui accepte de l’évaluer officiellement pendant le stage.

Soumissions

Les candidatures doivent être soumises au moins six mois avant le début du stage, à education@cps.ca, et doivent inclure :

  • une lettre soulignant les détails du stage, expliquant pourquoi le candidat y est intéressé et ce qu’il espère tirer de l’expérience (maximum de 3 pages).
  • une lettre du précepteur du stage.

Anciens lauréats

Liane Heale - 2013

(en anglais seulement)

I was delighted to receive the Canadian Paediatric Society (CPS) Sports Medicine Grant and completed my elective with Drs. Laura Purcell and Wade Elliott at the David Braley Sport Medicine and Rehabilitation Centre in Hamilton and the Elliott Sport Medicine Clinic in Burlington, Ontario.  Both clinical settings provided a broad range of clinical experiences that improved my approach to musculoskeletal injuries across the lifespan, expanded my physical examination and procedural skills, and reinforced the importance of promoting a healthy active lifestyle. 

While Dr. Purcell has an exclusively paediatric practice, Dr. Elliott sees patients from all age groups and I managed patients from age five to age eighty-five.  The wide variety of patient presentations helped me broaden my differential diagnoses for common complaints. For example, we ruled out a slipped capital femoral epiphysis in a 13 year-old who presented with knee pain, whereas a similar presentation in a 50 year-old runner was diagnosed as iliotibial band syndrome. In addition to developing broad differentials, I became much more comfortable with the management of the most common sports-related injuries for each age group within their patient populations. 

When it comes to physical examination skills, most residents report that the musculoskeletal system is underrepresented in medical school training. This elective greatly improved my examination skills. Drs. Purcell and Elliott were exceptional teachers and used a combination of clinical experience and evidence from the literature to guide the physical examination techniques that would be most helpful for each patient presentation.  I was also able to perform a few joint injections – an important skill that I’m hoping to improve with my upcoming pediatric rheumatology rotation.  

A large part of Dr. Purcell’s patient population is young athletes who have suffered concussions.  With the media attention that concussions have received lately, I found it encouraging that a number of sporting leagues now require evaluation and clearance by a physician before the athlete returns to play. It was rewarding to apply the new return to play guidelines, which seem to strike a good balance between the athlete’s desire to get back in the game and a safe recovery interval.  Observing the physical and emotional costs of improperly treated concussions reinforced the importance of taking concussions seriously and ensuring athletes are managed appropriately from the outset. In addition to gaining a new perspective on a hot topic, I became much more comfortable with the pediatric neurological examination because patients received thorough examinations at all visits.

Finally, I’m a firm believer that physical activity and exercise prescription are among the best medicines that we have in our repertoire. It was inspiring to see the 80 year-old man who is active with cycling in the summer and cross-country skiing in the winter and doesn’t need to take a single medication.  For me, this reinforced the health benefits of physical activity and healthy lifestyle, both of which come at no cost to the health care system; I will strive to promote these with my paediatric patients. 

This elective was an outstanding learning experience and I’d like to thank Drs. Purcell and Elliot, the staff of the David Braley and the Elliott Sport Medicine Clinics, and the CPS Sports Medicine Section for providing me with this opportunity. 

Eric Koelink - 2010

(en anglais seulement)

I would like to thank the Canadian Paediatric Society’s Sports and Exercise Medicine Section for providing me with the opportunity to pursue an elective in the field of paediatric sports medicine. Over my four weeks working at the David Braley Athletic Centre at McMaster University in Hamilton, Ontario, I was able to see a wide spectrum of both paediatric and adult sports medicine patients. The D.B.A.C. also had on-site physiotherapy and access to x-rays and MRI through McMaster University Medical Centre, making it a convenient service for facilitating the assessment and management of sports injuries. My time was spent in the outpatient setting, working with two inspirational physicians with different training backgrounds.

Dr. Laura Purcell is a paediatric emergency medicine physician and diplomat of the Canadian Academy of Sport and Exercise Medicine (CASEM). She is also the current president of the Paediatric Sports Medicine and Exercise Section for the CPS. Working with her was a thoroughly rewarding and invaluable experience, and I hope to emulate not only her academic qualifications but also her professionalism, compassion and expertise. Over the span of four weeks an eclectic patient population presented to her clinic, with ankle sprains, Sever’s apophysitis, ACL tears, concussions and stress fractures incurred in a variety of recreational and competitive athletic settings. With each case Dr. Purcell demonstrated appropriate assessment techniques and talked through the salient points impacting her approach to diagnosis. As a learner, I appreciated the time taken to explain the rationale behind certain clinical decisions, and will use this model for future practice. The majority of patients were managed with various braces and physiotherapy.  However, for those more complicated cases, we were fortunate to have a surgeon available for referrals in the same clinic.

Dr. Devin Peterson is an orthopedic surgeon who also works out of the David Braley Athletic Centre, seeing both paediatric and adult sports medicine patients. In his busy clinics we saw a (naturally) more surgery-oriented clientele, with cases of ACL tears, SLAP lesions, rotator cuff tears and dislocated shoulders with Bankart or Hill-Sachs lesions. Radiologic findings on x-ray, ultrasound and MRI were reviewed and relevant anatomy discussed in detail to better distinguish pathology from normal appearance. Dr. Peterson’s proficiency and attention to detail set a high standard which I sought to uphold in my clinical encounters. I truly appreciated the time and effort Dr. Peterson put into reviewing each case and discussing its management going forward.

With the help of two superb teachers and the CPS Sports and Exercise Medicine Section, my confidence in assessing and managing sports-related injuries in both the paediatric and adult populations has improved tremendously. I plan to put this new-found knowledge to good use as I pursue my fellowship training in paediatric emergency medicine at the Hospital for Sick Children. I also plan on completing a fellowship in sports medicine through CASEM, allowing me to continue practice in this growing field and to work with such highly qualified colleagues as Drs. Purcell and Peterson.

Michelle Jackman - 2008

Je tiens à remercier la section de la médecine du sport et de l’exercice en pédiatrie de m’avoir attribué la subvention 2008 accordée à un résident. Cette subvention m’a permis de vivre une expérience de stage exceptionnelle en pédiatrie sportive.

J’ai eu la chance de travailler avec des médecins sportifs très bien formés au pays. Mes précepteurs étaient la docteure Laura Purcell, de London, en Ontario, la docteure Claire Leblanc, du Stollery Children’s Hospital d’Edmonton, en Alberta, et la docteure Connie Lebrun, directrice médicale de la clinique sportive Glen Sather de l’université de l’Alberta. Mes précepteurs m’ont offert des perspectives uniques grâce à leurs compétences en pédiatrie sportive, en urgentologie pédiatrique, en rhumatologie pédiatrique et en médecine sportive pour adultes. Ils m’ont exposée à la véritable profondeur et à la véritable diversité de la spécialité de la pédiatrie sportive.

Vous vous demandez peut-être : « En quoi un stage en médecine sportive peut-il m’aider à devenir un meilleur pédiatre ? » Grâce à certains patients que j’ai évalués pendant ma rotation, j’ai pu préparer un jeu-questionnaire amusant pour illustrer que la médecine sportive est bien loin de se limiter à l’examen des genoux et au diagnostic de la maladie d’Osgood-Schlatters!

1. Lors de votre premier jour de stage, vous rencontrez Justina, une joueuse de soccer de compétition de 16 ans qui vous est aiguillée parce qu’elle a mal au genou droit depuis six mois, que ses douleurs sont aggravées par l’activité et qu’elle les soulage par l’ibuprofène, le repos et la glace. Elle n’a pas d’antécédents de traumatisme, de fièvre et de perte de poids, de diarrhée ou de raideur matinale. L’examen du genou laisse supposer un syndrome patellofémoral douloureux. Les radiographies sont normales. Quelle mesure prenez-vous ensuite?

a. Vous lui faites une injection de corticoïdes.
b. Vous l’aiguillez vers un physiothérapeute pour qu’elle fasse des exercices précis.
c. Vous lui conseillez de privilégier la nage au soccer.
d. Vous lui remettez des béquilles et lui conseillez de ne pas appliquer de poids sur sa jambe pendant six semaines.

2. Vous rencontrez JD, un garçon autochtone de 15 ans qui a des douleurs et une enflure dans le genou droit depuis six semaines. Il y a trois semaines, il a également commencé à ressentir des douleurs dans les deux talons. L’ibuprofène, le repos et la glace le soulagent un peu. Il a les yeux rouges et douloureux depuis une semaine. Quel mode d’imagerie serait le plus utile dans ce cas?

a. IRM des articulations sacro-iliaques
b. tomodensitométrie des articulations sacro-iliaques
c. radiographies ordinaires des épaules et des genoux
d. scintigraphie osseuse

3.  Austin est un garçon de huit ans qui souffre d’une douleur bilatérale aux chevilles depuis le début de la saison de soccer, il y a quatre semaines. La douleur s’aggrave lorsqu’il court. Vous posez le diagnostic suivant :

a. foulure bilatérale des chevilles
b. épiphysite du calcanéum ou maladie de Sever
c. allergie à l’exercice
d. tendinite

4. Suzanne est une fille de dix ans qui souffre de douleurs bilatérales, d’enflure et de chaleur aux pieds depuis dix jours. C’est la troisième fois qu’elle ressent de tels symptômes depuis un an. L’un des épisodes s’est produit deux semaines après qu’elle fut tombée sur sa main droite ouverte. Elle est allée à l’urgence trois fois à cause de douleurs persistantes, malgré l’absence de fracture à la radiographie. Quel est votre diagnostic?

a. lupus érythémateux disséminé
b. algodystrophie sympathique réflexe
c. neuropathie périphérique

5. On vous demande d’évaluer Jonah, un garçon de 14 ans, en raison de sa grande taille et pour obtenir des conseils quant à la sécurité de l’entraînement en force (musculation). Quelles sont les contre-indications de ce type d’exercice au sein de ce groupe d’âge?

a. syndrome de Marfan accompagné d’une pathologie de l’anneau aortique
b. thorax en entonnoir
c. syndrome d’Ehlers-Danlos
d. > 6 heures par semaine à regarder la Fédération mondiale de lutte

6. Liz est une fille de 14 ans qui est tombée de cheval et a subi un traumatisme. Deux semaines plus tard, elle vous demande quand elle peut recommencer à faire de l’équitation. Quelle est votre approche?

a. obtenir le résultat de l’outil d’évaluation de traumatisme sportif SCAT
b. vendre le cheval
c. recommencer à faire de l’équitation, mais s’acheter une nouvelle bombe.

7. Andrea est une nageuse de compétition de dix ans qui excelle en papillon. Elle vous consulte en raison d’une douleur à l’épaule gauche. Indiquez une partie importante de son plan de prise en charge.

a. Programme de renforcement avec ceinture thoracique stabilisatrice
b. Physiothérapie localisée, y compris une échographie
c. Anti-inflammatoires
d. Toutes les réponses précédentes

8. Lara est une gymnaste de compétition de 15 ans en aménorrhée depuis un an. En obtenant ses antécédents diététiques, vous découvrez qu’elle restreint son apport calorique à seulement 30 % de l’apport quotidien requis. Quel est l’examen le plus important à effectuer avant qu’elle quitte le bureau?

a. Signes vitaux orthostatiques et électrocardiogramme à 12 dérivations
b. CBC, électrolytes, études des fonctions rénale et hépatique
c. Bêta-HCG
d. absorptiométrie à rayons X en double énergie

RÉPONSES : 1:b, 2:a, 3:b, 4:b, 5:a, 6: a, 7:d, 8:a

Depuis que j’ai terminé mes examens en pédiatrie, j’ai accepté un poste à la division d’endocrinologie pédiatrique du Children’s Hospital of Western Ontario de London, en Ontario. Je travaille avec divers enfants, y compris ceux qui sont atteints de diabète de type 1 et de type 2, qui souffrent d’obésité, de troubles de l’alimentation et d’autres endocrinopathies. L’exercice et une bonne alimentation font partie des piliers de tous ces troubles. Ma démarche m’a donné de nombreuses occasions d’aider mes patients grâce à mon expérience de la médecine sportive.

J’espère que cet article a stimulé votre intérêt envers la pédiatrie sportive. Je vous encourage à y choisir un stage. Vous acquerrez des connaissances et une expérience précieuses, qui vous serviront dans votre surspécialité ou l’exercice de la pédiatrie.

Références :
Metzl, Jordan D. Sports Medicine in the Pediatric Office, American Academy of Pediatrics. 2007.
Micheli, Lyle J et Purcell, Laura. The Adolescent Athlete: A Practical Approach, 2007.

Mise à jour : le 11 septembre 2017